A la recherche de moi-même…

Download PDF

Cette année 2018 sera-t-elle l’année du retour du plaisir sur deux roues ?

Le 01 janvier 2018, je suis allé faire une sortie. Oh, pas une très grande sortie, juste un peu moins de 40km.

Pendant cette minuscule sortie, ça n’a pas été facile. Lenteur, montées difficiles, se faire lâcher à 25-26km/h (vent de face faut pas exagérer quand-même) et j’en passe.

MAIS, le plaisir était là !

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Le soleil malgré le froid, l’air marin, le plaisir de donner ce qu’on a dans le buffet sans calcul aucun et se sentir libre. Libre de s’arrêter sur le bord de la route ou de rouler comme un c…n avec le cœur qui sort de la poitrine dans une pauvre pente à 6%. Que c’est bon !

J’espère que ce ne sera pas éphémère et que ce n’est que le début d’une belle saison où le principal objectif sera de se faire plaisir, retourner avec la même envie, le même sentiment de liberté là où tout a débuté il y a maintenant 9 ans : le mont Ventoux.

Pas de compétition, pas d’objectifs, pas de plan d’entraînement, pas d’autres règles que celles du code de la route, le tout avec “l’esprit deux roues”. Tout simplement la liberté d’être moi et de partager tous ces moments si particuliers que l’on peut vivre sur notre deux roues.

Alors oui, 2018 me verra sur deux roues. A vélo et à moto !

Les giratoires, une grande histoire…

Download PDF

J’ai déjà relayé ici mon mécontentement sur la conduite de certains automobilistes. Comme beaucoup de cyclistes (je ne parle pas des cyclistes occasionnels mais des cyclistes qui font des milliers de kilomètres par an) j’ai été “victime” d’une chose incroyable : des automobilistes qui ne savent pas prendre un sens giratoire !

Je dis incroyable car vu le nombre de sens giratoires dans chacune de nos villes, c’est réellement incroyable !!!

Alors c’est très simple, il faut suivre les indications du petit dessin ci-dessous :

Pour ceux qui aiment les vidéos, j’ai trouvé ça sous Youtube :

Et maintenant quelle est la place du cycliste et/ou de tout deux roues dans tout ça ?

Et bien c’est celle de tout véhicule !

Les 4 roues ou plus doivent respecter ces usagers de la route comme tous les autres. Chacun doit respecter sa voie de circulation. Malheureusement combien de fois j’ai failli me retrouver sur le trottoir en sortie de sens giratoire parce qu’une automobile m’a serré en coupant son virage de sortie ? Je ne compte plus…

Ensuite, si le sens giratoire comporte une piste cyclable, il suffit d’appliquer les règles de circulations normales. Vous voulez sortir du sens giratoire alors qu’un cycliste est sur la bande cyclable…

Pour sortir du sens giratoire vous coupez la bande cyclable, la priorité à droite s’applique. Dans ce cas, vous devez attendre que le cycliste passe puis sortir à votre tour. C’est simple, c’est la sécurité et ce n’est absolument pas mis en pratique dans la vrai vie…

Alors maintenant voici ce que risque théoriquement un conducteur ne respectant pas cette règle de priorité (contravention de classe 4) :

  • Perte de 4 points sur le permis de conduire
  • 135 € d’amende

Vous connaissez beaucoup de conducteurs qui ont déjà été verbalisés ?

Par contre, je connais énormément de cyclistes qui ont failli y laisser leur vie…

Alors s’il vous plaît, respecter au maximum la réglementation lorsque vous enfourchez vos vélos ou tout simplement lorsque vous prenez la route. Cela évitera un drame et bien des larmes…

Amis cyclistes, amis motards ride safe and enjoy your ride Wink !

S’entraîner sans rouler

Download PDF

Cela fait maintenant deux mois que je roule beaucoup moins mais alors beaucoup moins.

Toutefois, j’essaie de garder la forme et de m’entraîner quand même. Alors certes, le foncier n’est pas beaucoup travaillé mais je pratique des séances de renforcement musculaire quand je le peux.

C’est donc environ deux ou trois séances par semaine. Ce n’est pas beaucoup mais bon c’est déjà pas mal.

J’essaie de greffer une sortie vélo quand je peux mais la météo (vent à plus de 90km/h) et le temps disponible sont des barrières assez difficiles à franchir.

J’espère pouvoir rouler un peu plus en début d’année 2018 et accumuler quelques kilomètres avant le début de la saison. Je doute pouvoir me présenter à une cyclosportive ou alors c’est que j’aurai réellement fait un miracle (de gestion du temps pas sportif Wink.

Je ne sais pas ce que ça va donner pour la saison prochaine mais bon je fais comme je peux (un peu comme tout le monde Wink).

Je ne suis d’ailleurs toujours pas inscrit dans mon club. Va falloir que je fasse quelque chose à cette date là, ce n’est pas normal…

Moins d’articles ?

Download PDF

Et oui, c’est un fait. Il y a moins d’articles sur le blog !

Plusieurs raisons à ça. Je passerai sur les aléas de la vie et notamment la vie professionnelle. Tout le monde connait ça et je ne fais pas exception Wink.

Donc moins d’articles mais aussi moins de vélo Frown

Le moral et le temps me manquent et parfois même l’envie. Je ressens un certain épuisement global et mon état physique et mental s’en ressens (et c’est pas avec mon kilométrage que le vélo en est la source). Je n’avais encore jamais connu cet état avant et je comprends maintenant ce qu’il peut se passer lorsqu’on est dans un état de fatigue très avancé !

Je suis en train de m’en sortir en me reposant, roulant de temps en temps et avec d’autres projets. En effet si je n’ai pas le temps de rouler en vélo, c’est aussi que je passe un peu de temps sur un autre deux roues : une moto.

Après avoir passé le permis 125cm3 pour pouvoir réaliser mes aller-retour au boulot en moto, je vais certainement passer le permis A2. Il nécessite un gros investissement (tant financier que personnel). Je vais avoir à tout passer : code, plateau et circulation…

C’est “long” et difficile mais je suis motivé.

Ça ne demande pas trop d’effort physique et me permet de continuer à rouler sur deux roues. Je découvre aussi “l’esprit motard” qui ressemble beaucoup à l’esprit que je développe sur et en dehors du vélo. Bref, ce que je suis à savoir : entraide, solidarité, respect…

Pour moi, les deux moyens de locomotion (vélo et moto) ont plus de points communs que de divergences et peut-être que quelques articles viendront sur le blog (ou pas)…

Je sais que ce n’est pas le thème principal du blog mais qu’en pensez-vous ?

Votre avis m’importe beaucoup alors exprimez-vous, je suis ouvert à toutes les remarques et vous répondrai.

Une GFNY mont ventoux en famille

Download PDF

Cette année je n’avais programmé qu’une cyclosportive. Pas de quoi pavoiser mais j’avais pour ambition de finir le grand parcours.

Ce dimanche 25 juin 2017, je me réveille vers 5h30 pour déjeuner, mettre les vélos sur la voiture et partir. Pour la première fois, ma femme est sur le vélo. C’est sa première cyclosportive et l’angoisse de la voiture balai tout comme celle de la cohue du départ se glissent dans sa tête. Je profite alors de mon manque flagrant d’entraînement pour faire en sorte que tous ses doutes se dissipent. Je l’accompagnerai jusqu’au sommet.

Le déjeuner englouti, nous enfilons nos habits de lumière et mettons les vélos sur la voiture. Puis direction Vaison la Romaine où les 2000 furieux se sont donnés rendez-vous.

Tout le monde arbore fièrement le nouveau maillot de la GFNY mont ventoux. Dès notre arrivée à Vaison la romaine, nous nous attelons à préparer les vélos et nous mettons une touche finale à notre belle tenue (bref on met nos chaussures de vélo et nos casques Wink ).

Nous fermons la voiture et prenons la direction du SAS de départ. 2000 personnes au départ. J’imagine ce qui doit se passer dans la tête de ma femme.

7h30, Ça y est l’organisation libère les fauves. En ce qui nous concerne c’est plutôt des petits chatons qui ont un peu peur du monde mais nous nous frayons un chemin parmi tous ces cyclistes.

Les deux premiers kilomètres sont neutralisés. Comme d’habitude les retardataires jouent des coudes pour passer devant. Nous avançons à notre rythme. Pour nous le but, c’est d’arriver en haut en prenant un maximum de plaisir. Notre performance ce sera ça !

Sans même nous en rendre compte nous passons le col de Veaux. Comme il fallait s’y attendre certains ont déjà du mal (casse matériel, crevaison,…) et le plus dur est à venir.

La descente du col de Veaux permet de récupérer. Heureusement car les montées sur le col des Aires et un peu plus loin celle sur Aurel sont longues.

Nous faisons notre chemin jusqu’à Brantes où là encore il faut monter sur le col des Aires. Avec tous ces cyclos et ce magnifique village, on en prend plein les yeux.

À l’arrivée au pied du mont ventoux et vu son état, je décide de monter avec Élodie. Mon but, lui faciliter la montée car au fur et à mesure de l’ascension, les forces s’amenuisent. Nous faisons plusieurs arrêts lors de cette montée. Élodie paie un peu le départ rapide de l’épreuve mais elle fait preuve d’un courage de fou et s’accroche de toutes ses forces à ma roue.

A l’arrivée en haut c’est génial. La médaille du “finisher”, le plaisir d’être là haut, le plaisir de voir ce paysage magnifique, le partage de ma passion avec d’autres cyclistes et plus particulièrement de partager ce moment avec ma femme.

Deux mots pour l’organisation : GÉNIAL & MERCI !

Pas un défaut dans la signalisation, dans l’accueil, dans le matériel (maillot, bidon), des ravitos de fou même en faisant partie des derniers.

Enfin merci à l’ensemble des participants pour leur bonne humeur et leur “esprit cycliste”.

La GFNY mont ventoux est réellement un incontournable !

Dans les années futures je vais avoir un problème de riche : choisir entre l’Ariégeoise et la GFNY mont ventoux.

Deux cyclosportives au top!

Tout le monde à vélo !

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :