Complètement vidé, un objectif en surcis ?

Download PDF
DCIM100GOPRO
DCIM100GOPRO

Samedi 16 mai 2015, une grosse sortie était prévue avec Greg, un autre VCCiste. Cette sortie était prévue dans le pays basque mais n’a pu se faire en raison des conditions météo qui étaient plus que défavorables.

Nous sommes donc sortis dans la région.

Greg connait comme sa poche les côtes de la rive droite de la Garonne. Je me laisse donc guider même si je ne suis pas serein car je ne connais pas le parcours et je n’ai jamais mis mes roues sur au moins la moitié des routes que nous allons emprunter. Il est difficile de savoir quand récupérer et quand fournir un effort. Ici, c’est avant tout la puissance qui parle et mon seul moyen de rester dans les roues de quelqu’un comme Greg c’est de connaître le parcours et gérer au mieux (et même dans ces conditions je ne suis pas certains d’y rester).

Je pars donc avec un certain handicap (du moins c’est comme ça que je vois les choses). Je suis plus faible sur le vélo et en plus je ne connais pas le terrain…

Nous partons sur Bouliac à travers des zones urbaines. Je n’aime pas ça et en plus nous sommes samedi matin (les gens vont tous au supermarché faire leurs courses). Une fois dans la côte de Bouliac, la circulation se fait moins dense et ça me convient parfaitement.

Nous enchaînons les côtes et les descentes. Parfois nous avons une portion de plat mais ça ne dure pas. Greg me met souvent quelques centaines de mètres sur la première moitié de la sortie. Je monte pourtant au seuil mais quand nous nous rejoignons au sommet j’appends qu’il gère et qu’il est en endurance… Je ne peux pas lutter et ça augure une fin de sortie difficile pour moi.

Nous nous arrêtons entre 12h00 et 12h30 pour manger un bout. Ouf je souffle et j’en ai largement besoin. Je peste intérieurement car je vois Greg se balader alors que je commence à taper dans les réserves (et nous ne sommes qu’à un peu plus de 100km). Une chose est certaine, la chute de janvier a bousculé ma préparation et au lieu de faire régulièrement des sorties de 130-140km je suis à 100-110km. Ça se sent et le retard va être difficilement récupérable…

Malgré tout nous avons droit à un paysage pas mal du tout

Sainte croix du mont
Sainte croix du mont
Sainte croix du mont
Sainte croix du mont
Sainte croix du mont - A la recherche de la Garonne
Sainte croix du mont – A la recherche de la Garonne

Nous reprenons la route et nous continuons à enchaîner les montées-descentes. Je m’accroche mais la distance qui nous sépare à l’arrivée en haut de chaque bosse est de plus en plus grande. Greg ne m’attend plus sur le vélo mais à côté.

Greg m'attend
Greg m’attend

Je prends un coup au moral mais je réalise que pour le grand parcours de l’Ariégeoise ça va être très compliqué.

Une fois à Cadillac, Greg me demande si je veux encore aller chercher une côte ou deux mais je dois lui dire que je suis complètement cuit et que je dois penser à garder des forces pour rentrer à la maison. Nous prenons donc la route de la maison. Désolé Greg pour ne pas avoir tenu le coup.

Au fur et à mesure que les kilomètres vers le bercail passent, la vitesse diminue jusqu’à atteindre 20km/h sur le plat. Pas réjouissant !

Nous arrivons finalement après une sortie de 8h et environ 7h sur le vélo avec 157km au compteur pour moi. Je suis complètement vidé et n’aspire qu’à deux choses : me reposer et prendre une douche.

Au final une très bonne sortie où je suis allé au bout de moi-même sans tricher. Le physique n’est pas à la hauteur que j’attendais et les choses me semblent largement compromises pour le grand parcours de l’Ariégeoise même en gérant bien. Je vais voir comment je peux m’entraîner encore et encore avant l’échéance mais il y a de fortes chances que je demande à changer de parcours et passer sur la Montagnole qui semble bien plus à ma portée (même si cette année elle est sacrément difficile). Après ce test grandeur nature, les éventuels doutes que j’avais émis commencent à être confirmés.

Merci à Greg pour cette très belle sortie en Gironde avec pas mal de dénivelé (bien assez pour moi à cette époque de l’année) pendant laquelle il m’attendu.

Le parcours

2 réflexions au sujet de « Complètement vidé, un objectif en surcis ? »

  1. allons Laurent ne désespère pas. C’est une mauvaise passe. Tu vas te refaire et pour de grandes distances il faut être motivé. Entre la Mountagnole et l’Ariégeoise, il y a peu de différence, et il y aura du dégât sur la moyenne.
    Tu vas y arriver!

Laisser un commentaire