Discussion de rentrée

Download PDF

Ça y est, la rentrée scolaire est passée et les discussions entre collègues vont bon train.

Le boulot, la vie ET la circulation routière…

Là, quand je dis « vélo » les réponses les plus courantes sont : « les mecs qu’avancent pas, c’est ça ? », « achète toi un moteur tu verras ce sera mieux », « pourquoi vous passez au feu rouge ? », « vous nous emme… sur la route », « tu prends quoi le matin, un peu d’EPO ? »,…

Bref, on me ressort tous les clichés associés aux cyclisme avec en plus les affaires du moments chez les pros.

Le première chose que je remarque c’est que ce sont ceux qui n’ont plus de vélo, et de puis un bon moment, qui causent le plus et qui sont le plus tatillon ou insistant. Mais bon passons.

OK, je dois l’avouer, il m’arrive de passer au rouge. Généralement, je passe aux feux rouge pour ceux où il y a une « tolérance » pour les vélos (vous savez quand il est possible de suivre le trottoir de droite sans gêner personne…). On me demande souvent pourquoi les vélos passent au rouge. Jusqu’à présent, j’essayais de justifier, de décrire des situations dans lesquelles je me suis déjà trouvé…

Maintenant je réponds par une question : as-tu déjà traversé en dehors des passages pour piétons et/ou alors que le feux tricolore ne le permettait pas ?

Le gars qui répond NON est un menteur. Le gars qui réponds OUI, je lui pose la question pourquoi as-tu traversé, quel en est la raison ?

Généralement, le réponse à cette question ne peut être motivée pour une raison valable (il n’y en a pas tout simplement) et j’enchaîne sur un truc du genre : et bien c’est la même chose, ou à peu prêt pour les cyclistes…

Attention : cela n’empêche pas que passer à un feu rouge est illégal et que rien ne peut justifier le franchissement du feu !

Je dois l’avouer, si j’écris cet article c’est que ce genre de discussion me gonfle sérieusement et qu’il est impossible de communiquer avec quelqu’un sur le vélo et les habitudes des cyclistes s’il ne roule pas et qu’il en reste à des clichés ou une impression de motard ou d’automobiliste. Je crois sincèrement que tant qu’un stage cycliste obligatoire d’une semaine par an (gratuit bien entendu, sinon ce ne sera plus de la prévention mais du racket) ne sera pas obligatoire pour l’ensemble des titulaires d’un quelconque permis de conduire, le dialogue sera impossible. Je pense que les motards peuvent comprendre, s’il le veulent réellement, car parler de leur passion, et des dérives associées, est parfois difficile car leur auditoire, s’il n’est pas motard, ne peut ressentir les mêmes choses et surtout ne possède pas le même vécu sur la route.

Bref, tant que chacun restera sur ses positions, le dialogue sera uniquement à sens unique et le législateur aura donc les mains libres pour mettre pleins de trucs inutiles sur la route qui peuvent même coûter la vie à certains d’entre nous.

Essayons d’être tolérant et de comprendre même s’il est vrai que c’est difficile. Il me semble que certains pays nordistes ont réussi à intégrer le vélo dans la vie quotidienne. Peut-être y a t’il des choses à regarder et à prendre de ce côté là ?

5 réflexions au sujet de « Discussion de rentrée »

  1. Bonjour,

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec la semaine de formation vélo pour tous les détenteurs de permis. Bien qu’il s’agisse de rouler tous ensemble sur la route, la mise en place d’une telle semaine serait impossible. Hormis l’aspect financier (qui payerait ça ? L’état ? Les frais seraient considérables, surtout s’il faut renouveler tous les ans), il faudrait que les personnes sacrifient 1 semaine de leur vacances pour cette formation. Et ça, ils ne voudront sûrement pas. Une formation d’une journée lors du passage du permis, ou lors d’un stage de récupération de points seraient sûrement des choses plus intéressantes.

    Quant aux feux rouges, tu as le droit de « suivre le trottoir » comme tu dis. Et tu pourras même leur sortir l’arrêté officiel, publié depuis le début de l’année :
    Le point – Les vélos et les feux rouges.

    Bonne continuation, Thibaud.

    1. Bonjour Thibaud,
      Pour le jour de formation il est vrai que je suis un peu démagogue mais un peu de démagogie ne fait pas de mal lorsqu’elle saute aux yeux et qu’elle peut même être prise pour de la provocation (OK j’avoue ;p ).
      Merci pour les référence concernant l’arrêté où je pourrai lire les détails.
      Bon weekend.

  2. ça me fait penser à un article que j’ai lu récemment :
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/06/le-velo-dans-l-avenir-de-nos-villes_1755710_3232.html

    extrait choisi :
    « En 2012, 50 % de nos déplacements de moins de deux kilomètres se font en voiture. Un tiers des écoliers va à l’école située à quelques centaines de mètres du domicile en voiture. »

    mais nos villes sont construites pour et autour des voitures de toutes façons…

  3. J’aime bien l’idée d’une formation « vélo » intégrée au passage du permis de conduire.
    Terrible ces clichés sur le vélo Frown parfois véhiculés par des sketches de soi-disant humoristes.
    Une truc qui m’énerve énormément, c’est ces automobilistes qui te doublent en te gueulant dessus des « avance, feignasse » ou autres propos désagréables. Cela m’arrive parfois. Déjà, ces gens qui crient me font peur et me font sursauter. De plus cela me met vraiment en colère. Je suis pourtant soft dans mes relations humaines mais là je rumine pendant 5 mn en les traitant de grosses merdes Big Smile

    1. Bonsoir Brigitte,
      Attention Brigitte, tu tourne mal !
      Ces mots ne sont pas beau sous le clavier d’une femme !
      Mais je suis entièrement d’accord avec toi : des grosses M…. ;-P
      Pour la formation , comme je l’ai dit en réponse au commentaire de Thibaud, je faisait un peu de provocation mais l’idée me semble bonne sur le fond.
      Prendre des routes désertes (ou presque), du soleil, le silence et le calme. Le pied dans le vélo.
      Bonne route

Laisser un commentaire