Encore une !

Download PDF

Le ventoux en contre jourEt oui, c’est les vacances. Alors même si c’est l’hiver, j’essaie de rouler et de profiter de la période pour faire le vide dans la tête.

Il n’y a rien de mieux que les routes de Provence pour vider ma petite tête (elle est plus blonde depuis longtemps Wink ).

Malgré tout aujourd’hui une pensée a été omniprésente pendant mon parcours. Ma fille aînée avait mal aux sinus et plus généralement à la tête le matin au réveil. Comme pas mal de parents je n’aime pas quand mes enfants ne sont pas bien. C’est donc avec cette idée de retrouver une fille pas bien du tout que j’ai roulé aujourd’hui. Sinon, le reste des choses qu’il y avait dans la tête (c’est à dire pas grand chose) a disparu pour laisser place à la famille et un souhait de repos (après 80km et un peu plus de 1000m de dénivelé c’est peut-être normal non ?).

La sortie commence par le col de Debat, juste à côté de la maison. Pendant la montée j’ai pu observer que les viticulteurs abusaient un peu avec la taille des vignes. Qu’ils brûlent les sarments soit, mais de là à faire des flammes de 4 à 5m de hauteur il y a des limites qui sont à mon avis franchies. Avec de telles flammes j’ai pris pas mal de retombées dans la tête au passage. Intérieurement, je priais pour que les retombées (cendres) soient froides car les vêtements techniques n’aiment pas trop quand ce type de chose vient se poser sur eux…

Ensuite, je me perds juste après Cairanne et mon GPS n’arrête pas de me dire de faire demi-tour. Je m’en remets à la bonne vieille méthode : les panneaux et ça marche. J’arrive à Gigondas en passant par Sablet (des noms de village que j’avais repéré sur la carte en préparant le parcours). En arrivant à Vacqueyras, j’ai tellement peu suivi ce que me disait le GPS, qu’il a carrément décidé de s’éteindre. Je m’arrête sur le bord de la route et le redémarre. Il reprends comme si de rien n’était et en plus me trouve sur le parcours initialement prévu. Que du bonheur Smile !

Vu l’heure, il ne faut pas que je traîne. Je pars vers Beaumes de Venise. La route s’élève au fur et à mesure et la moyenne diminue. C’est pas bon pour l’arrivée avant le repas. Je crois que la famille va devoir m’attendre. Ce n’est pas grave, ils prendront un double apéritif Wink !

J’essaie d’appuyer en gérant comme je peux. Il ne faut pas que je tarde trop car je sens la faim qui pointe le bout de son nez. En arrivant à Malaucène, je sais que le gros des difficultés est passé et qu’il ne reste que la côte de Buisson puis celle de la remontée sur Visan. Je peux donc dérouler comme je peux et gérer au mieux mes forces pour arriver le plus rapidement. Cette partie de la route est bien longue avec des lignes droites, des ronds points,…

En arrivant au rond-point du Crestet, j’ai un connard (oups désolé mais là c’est trop fort) qui sors de la boulangerie et qui me passe à 50cm alors qu’il avait bien laissé passer la voiture 3m devant moi. Je lui ai hurlé dessus au point qu’il à lâcher l’accélérateur mais cet espère d’en…paffé (j’allais employer un autre mot) n’a même pas eu un geste d’excuse. C’est là qu’on se demande à qui on donne le permis de tuer de conduire ??? J’ai bien failli aller goûter l’herbe verte du Vaucluse à cause d’un irresponsable…

Je termine ma sortie en ruminant cet incident mais en essayant aussi de me remémorer les beaux paysages que j’ai traversé. Finalement j’arrive au milieu de l’apéro et le temps que je prenne la douche, nous passons à table. Quel timing le lolo Wink !

Si on exclut l’autre empaffé du Crestet, c’est une balade que je conseille. De la pente, des paysages magnifiques et surtout un vidage de cerveau assuré. Merci à la vie et à la Provence de permettre ça !

Le parcours

2 réflexions au sujet de « Encore une ! »

  1. belle sortie quand même, non? Bon le connard il y en a plein sur la route mais le plus triste c’est quand ce sont des cyclistes qui sont devenus conducteurs. Tu as eu la chance d’avoir des panneaux pour ton retour car chez moi souvent il n’y a rien et c’est bien à ce moment là d’avoir un sens de l’orientation. Bon maintenant tu peux prendre l’apéro. Veinard de vacancier.

    1. Oui JP, une très belle sortie où j’ai encore découvert des routes. Cela faisait pas mal de temps que je voulais aller dans ce coin.
      Pour l’apéro, il y en a encore de prévu aujourd’hui afin de fêter cette fin d’année 2015 en espérant que 2016 soit l’année où le monde guérira et que chacun puisse être heureux (c’est beau l’utopie non Wink ?).
      Mais bon, il faut rêver pour accomplir de grandes choses même si celle-là me parait bien difficile à atteindre.
      Bon réveillon

Laisser un commentaire