Entrainement en côte !

Download PDF

Image récupérée sur le site Vélo2Max (http://www.velo2max.com/)Ce samedi 31 mai 2014, j’ai décidé d’aller m’entraîner en côte. Le but, enchaîner des montées/descentes sur la rive droite de la Garonne. Je profite que les filles aillent au sport pour faire une grosse sortie.

Il me manque du dénivelé pour me présenter à l’Ariégeoise le 28 juin 2014. Faire beaucoup de dénivelé positif dans la région, c’est difficile mais pas impossible. Je n’aime pas tourner en rond mais des fois il faut sacrifier les paysages à la performance. Je vais donc enchaîner quelques unes des montées que je considère comme les plus difficiles de la région. Oh, pas de gros gros pourcentage sur des kilomètres, mais juste de quoi travailler correctement le coup de pédale et faire monter le cœur.

C’est donc vers 8h30 que je pars vers Langoiran. Pas de gros plateau jusqu’au retour. Juste un échauffement pour arriver au pied de la première côte et après il faudra gérer. Tout se passe bien jusqu’à Langoiran où un automobiliste garé depuis un moment ouvre sa porte juste au moment où j’arrive. Un gros « putain » est lâché ! Il ne peut pas regarder dans son rétroviseur non !

Juste après les choses sérieuses commencent. La première côte est avalée très rapidement (je bats mon record sur le segment Strava). La forme est là mais les réserves d’énergie ne sont pas inépuisables et je dois lever un peu le pied (j’arrive à le sentir sans regarder mon cardio, c’est bon ça Wink ).

L’exercice consiste à effectuer une montée au seuil et ensuite récupérer pendant la descente qui suit puis monter au train, récupérer dans la descente, monter au seuil, récupérer, etc…

Un exercice qui demande beaucoup d’énergie mais qui devrait payer sur le long termes. Aujourd’hui j’arrive à effectuer huit montées (la dernière fois je n’en avais fait que six). Je me sens bien dans chacune des montées même lorsque je mets la gomme. C’est cool !

Je dois avouer que la dernière montée est difficile mais je m’accroche. C’est là que je travaille bien en côte, par contre il faut aussi penser au retour car la route est longue et le plat je n’aime pas ça !

Après toutes ces montées/descentes, je roule à mon train lorsqu’à la sortie de Castres-Gironde je suis dépassé par un groupe de trois cyclistes qui me mettent immédiatement deux mètres. Je fais l’effort et finalement c’est 5 mètres que je dois reprendre mais j’y arrive. Je me cale dans la roue du dernier et essaie de reprendre un peu mon souffle. Ça roule autour des 34-35km/h et c’est beaucoup pour moi (sans compter tous les efforts effectués). J’arrive à tenir jusqu’à l’arrivée à Léognan tout en faisant ma partie du travail (je prends quelques relais sans faire baisser la vitesse). Ça aussi c’est bon pour moi, car d’habitude j’ai quelques difficultés pour prendre des relais quand ça roule à cette vitesse.

Ensuite, je passe tant bien que mal la place du marché de Léognan (c’est un bazar pas possible) et ensuite je roule encore jusqu’à la House puis je passe le petit plateau pour mouliner un peu et récupérer dans les derniers kilomètres avec un retour au calme nécessaire après un tel entraînement.

En chiffres

  • Distance : 86km
  • Durée : 3h13
  • Fréquence moyenne de pédalage : 79tpm
  • Fréquence de pédalage maximale : 131tpm
  • Fréquence cardiaque moyenne : 144bpm (76,19% de ma FCmax)
  • Fréquence cardiaque maximale : 176bpm (93,12% de ma FCmax)
  • Dénivelé : 903m

La carte sur Strava

Nota : Pour l’image en début d’article j’ai récupéré une image sur le site Vélo2max qui me semblait adaptée à l’entraînement effectué.

Laisser un commentaire