Entre côte bleue et lubéron

Download PDF

Ce dimanche 17 janvier il y a un mistral à pas mettre un cycliste dehors et pourtant le soleil est là. Je me lève tranquillement et déjeune en famille. Le samedi soir en allant me coucher, je pensais réaliser une sortie de plus de 60km avec un peu de vent de face pendant la moitié de la sortie mais là la vitesse du vent est quand même importante : 60km/h !

J’hésite, oh pas longtemps, puis me prépare pour aller taquiner un peu Éole Wink.

Je prépare quand même des vêtements assez chaud car la température ne doit pas excéder 5°C (ce sera confirmé par mon compteur après) et avec ce vent on doit frôler les 0°C de température ressentie.

Dès le départ je me rends compte que ça va pas être de la tarte. A peine je tourne au rond point au bout de la rue et je prends le mistral en pleine face. Pas froid (pas encore) mais comme retenu par quelque chose…

Derrière Martigues - janvier 2016Dans les passages dégagés, vous savez ceux qui laissent une place énorme au vent, je dois rouler environ 10km/h en dessous de ce que je roule habituellement. Au moment où je roule le long de l’autoroute A55 (pas sur l’autoroute, sur la vieille route de Martigues) je comprends que la sortie va être d’environ 30km « en montée » sur une route plate. Par moment j’ai l’impression d’être carrément arrêté sur la route alors que lorsque je suis abrité du vent (oui oui ça arrive des fois) je roule correctement.

Finalement j’arrive à Martigues environ 40 minutes après mon départ. Je perds environ 10 minutes sur ce que je fais habituellement. Un rapide calcul me montre que je ne pourrai pas faire la sortie prévue si ça continue comme ça. Pas cool…

Dans les collines derrière Martigues, j’arrive à rouler correctement car je suis abrité par les haies. Il faut toutefois faire très attention aux coups de vent notamment lorsque les haies s’arrêtent.

Derrière Martigues - janvier 2016
Une fois que je sors des collines, le vent se renforce. Je pense qu’il arrive directement de la plaine de la Crau. Sur pas moins de 10km je roule 10km/h en dessous de ce que je fais habituellement. Pour la vitesse ce n’est pas bon mais pour le travail de résistance c’est excellent. Depuis la maison, je passe rarement en dessous des 80% de ma FCmax. C’est super bon pour le travail en I3-I4.

En arrivant à Istres, la question ne se pose plus. Pour rentrer dans les temps que je m’étais fixés il faut raccourcir la sortie. Je décide donc de rentrer par la D5. Encore une fois les voitures sont assez correctes et laissent au minimum les distances de sécurité. Le cycliste que je suis apprécie et je remercie tous les automobilistes qui nous respectent. Sur cette route je prends un sacré coup de pied au c.. ! Je ne réalise pas mon meilleur passage mais je n’en suis pas si loin que ça même si ce n’est pas très important en cette saison.

J’arrive à monter quelques collines vers Saint Mitre les Remparts sur la plaque. C’est dire si le Mistral me pousse…

Finalement je rentre à la maison au bout d’un peu plus de deux heures et un peu moins de 60km. J’ai bien mal aux jambes et le Mistral est vraiment très fort et surtout bien plus résistant que moi.

Au fait, je dois pousser un coup de gueule contre les cyclistes qui ne respectent pas le code de la route. Sur cette sortie vélo, j’en ai suivi, j’en ai croisé. Passage au feu rouge, non respect des STOP (sans même ralentir),…

Comment voulez-vous défendre les cyclistes et dire que les autres usagers de la route sont dangereux quand on nous oppose de tels comportements ?

Alors s’il vous plaît, lorsque vous êtes à vélo respectez le code de la route. Vous perdrez quelques minutes, vous resterez en vie et la défense de la circulation en vélo sera beaucoup plus simple pour tout le monde !

2 réflexions au sujet de « Entre côte bleue et lubéron »

  1. pas facile de rouler en ce moment. C’est vraiment l’hiver qui s’est installé. Si nous avons des températures encore plus basses que chez toi, le vent souffle moins fort. Difficile de réaliser des performances. Alors il vaut mieux se rabattre sur le HT pour s’entretenir. Tu vois maintenant les méfaits de la région. Et moi je continue toujours mes cartons mais le départ approche!

    1. Salut JP,
      Ici c’est quand même beaucoup plus simple qu’ailleurs. Pas encore de neige, le soleil, des températures clémentes comparé à d’autres endroits donc le vent on je m’en accommode Wink
      Bon cartons et bonne reprise de l’entraînement sur HT.
      Amicalement

Laisser un commentaire