La polémique

Download PDF

Panneau dangerEn cette fin d’année, une polémique se fait entendre un peu partout (internet, journaux,…) et même dans les discussions au boulot.

La polémique est la suivante : les cyclistes sont-ils des dangers ambulants sur les routes ?

Certains automobilistes le pensent fermement.

Les cyclistes se défendent en essayant de discréditer l’étude, en énonçant les « agressions » dont ils sont victimes, etc.

Cela fait maintenant prêt de 5 ans que je roule en vélo ET en voiture. Et oui, nous empruntons tous le véhicule à quatre roues qu’on appelle VOITURE !

Je garde donc en mémoire que je suis un automobiliste ET un cycliste.

Quelque soit mon moyen de locomotion, je ne peux m’empêcher de relever les infractions  (y compris les miennes), les comportements dangereux,… qui se présentent lorsque je suis usager de la route.

Concernant les infractions. Dans la périphérie de Bordeaux, je ne note pas plus d’infractions à mettre sur le dos des vélos que sur celui des automobilistes. Attention, je ne considère pas comme infraction le fait qu’un vélo tourne à droite prudemment alors qu’il franchit un feu rouge (à ce sujet la discussion est d’ailleurs ouverte en France et la pratique est légale dans bien des pays européens). Pour les automobilistes, je ne prends pas en tant qu’infraction les franchissements de ligne blanche centrale lorsque la circulation le permet (par exemple pour doubler un tracteur ou un cycliste Wink ).

On pourra me reprocher mon laxisme ou plutôt ma tolérance (et oui la tolérance peut être sujette à reproches) vis à vis des infractions que je considère comme mineures mais en aucun cas il ne peut m’être reprocher d’avoir un parti pris (j’ai cité les deux camps un peu plus haut). C’est donc dans ces conditions que je porte mon jugement : égalité entre les deux moyens de locomotion sur le plan des infractions commises.

Selon mon expérience, c’est le comportement du conducteur/rider qui est le plus souvent à l’origine des accidents ou des risques encourus ou subis.

En voiture, doubler un vélo en mordant franchissant une ligne continue ne constitue pas en soi une action super dangereuse si aucun véhicule n’arrive en sens inverse. Par contre, si cette même automobile fait le même dépassement alors qu’un bus ou un 38 tonnes arrive en face ce n’est pas la même chose. Il y a danger pour les trois usagers de la route et je pense qu’il est inutile de préciser qui est le plus fragile…

En cas d’accident, quel est le fautif : le fait d’avoir enfreint le code de la route ou le comportement du conducteur ?

Pour les cyclistes, qui est le fautif quand on voit un vélo circuler sans lumière à 7h00 du matin en plein hiver (pour ceux qui n’auraient pas compris il fait nuit à cette heure là !) ?

Pour moi, c’est toujours le comportement du conducteur ou du cycliste selon le cas qui est la raison principale de la dangerosité sur la route et ça n’a rien à voir avec le mode de transport…

Qui n’a jamais entendu « c’est pas grave, je ne suis pas trop visible mais je suis en vélo et les automobilistes m’éviteront » ! Tout simplement inadmissible !

Je répondrai au gars : « toi tu n’es pas cycliste et tu nous portes préjudice à tous ! »

Et en plus, il y a des gens qui font faire des études statistiques pour mettre des indicateurs largement manipulés dans les journaux. Le problème réside dans la généralisation qui en est faite (ça me fait mal de les appeler ça une étude mais c’est le terme consacré) et le fait que le résultat ne représente pas la réalité mais juste un chiffre largement manipulé pour faire passer un message.

Est-ce parce que la grand-mère que j’ai croisé hier sur la piste cyclable a bien failli me rentrer dedans en prenant la piste en sens inverse (lors du franchissement d’un rue ou la piste se sépare en deux) que je me dis que les toutes personnes âgées sont des dangers sur un vélo ?

Je pense qu’il faut raison garder et dire que telle personne s’est mal conduit à l’instant où il a été constaté que son comportement n’était pas le bon mais ne pas faire de généralisation hasardeuses qui discrédite cette personne même toute ou partie de la population. C’est drôle de voir comment nous (êtres humains) sommes capables d’abstraction pour faire passer une information ne représentant pas la réalité !

Alors NON, les cyclistes ne sont pas tous des dangers publiques !

Et NON les automobilistes ne sont pas tous de mauvais conducteurs exterminateurs de cyclistes !

C’est une vision extrémiste, réductrice pouvant avoir des conséquences non maîtrisables car imprévisibles. Je vous laisse réfléchir au portage d’un tel raisonnement dans d’autres domaines…

PS : au moment de la rédaction de cet article, une autre polémique voit le jour : il faut sanctionner les cyclistes par des amendes (adaptées ou pas) et surtout ne pas faire de quartier. Il ne faut rien leur passer ! (un nouvel article en perspective ?)

Laisser un commentaire