Les boules

Download PDF

VentouxCe matin je me suis réveillé pour rejoindre mon club, le Vélo Club Canéjan.

 C’est une sortie un peu spéciale car mercredi je change de région et c’est donc mes derniers tours de roues en compagnie des cyclistes avec lesquels je sue quasiment tous les weekend.

A l’arrivée au point de ralliement, je rencontre Olivier un nouveau au club qui arrive directement de Guyane. Je lui souhaite la bienvenue et attends les autres compères pour cette sortie.

Nous partons pour une sortie « plate » mais ça roule fort. Entre les gars qui finissent la saison à fond et ceux qui roulent déjà fort car ils préparent la saison de cyclocross, je fais pâle figure. Ils sont obligés de m’attendre malgré une vitesse qui me semble correcte. La préparation du déménagement me prends quand même pas mal d’énergie donc mon impression peut être faussée.

Didier et Bruno jouent aux anges gardiens avec moi et me ramènent chacun leur tour dans le groupe. Je serre les dents et m’accroche sans rien dire. Je suis en dessous du niveau à moi de faire tout ce qu’il faut pour essayer de rester dans le groupe qui m’attend quelle que soit ma vitesse de progression. C’est ça l’esprit VCC !

Plus je roule, plus la gorge se serre. Je regarde mes coéquipiers les uns après les autres et je me dis que je vais les quitter alors qu’ils sont toujours exemplaires avec moi comme avec n’importe quel membre du club. L’air a du mal à passer la gorge et je sens que les yeux me brûlent. Je retiens mes larmes mais l’émotion est grande. Cela me rappelle un peu l’émotion de la première fois où je suis arrivé en haut du mont Ventoux (au niveau intensité). Je suis triste de les laisser mais je suis extrêmement fier de porter les couleurs du club.

Nous arrivons la House et là nous faisons un arrêt comme à la fin de chaque sortie. Nous nous disons au revoir et mes échanges avec Didier et Bruno sont pleins d’émotion où tristesse, joie, respect, gratitude se mêlent. Je remercie particulièrement nos capitaines de route Didier et Bruno (El’ présidente) et Greg pour leur simplicité, leur humilité alors que leur niveau leur permettrait d’écraser pas mal de monde et finalement pour ce qu’ils sont. PutXXX ça fait ChXXX de quitter le club les gars !

Maintenant il va falloir avancer, profiter de tous ce que vous m’avez appris et surtout progresser pour vous mettre dans le vent puis vous attendre à mon tour. On sait jamais ça pourrait arriver lorsque nous serons vieux et sur des chaises roulantes Wink

Voilà, c’est bien moi, la plaisanterie pour cacher mon émotion. Je n’ai qu’un mot pour le VCC

MERCI

Le parcours (anecdotique compte-tenu des circonstances)

2 réflexions au sujet de « Les boules »

  1. Allez Laurent, une page qui se tourne mais dis toi que c’est la vie et tu les garderas à jamais dans ta mémoire. Et puis qui sait, un jour tu les retrouveras. C’est sûr que quitter un club où tu te sentais bien est parfois difficile. Mais tu as montré que tu n’étais qu’un humain.
    Tu vas en retrouver d’autres copains dans ta nouvelle région. Et tu verras tu rencontreras d’autres plaisirs. Courage et le véritable bonheur va revenir et puis c’est le choix qui tu as fait. Donc ne rien regretter.
    Moi je vais certainement avoir la même réaction de la RP et mes potes de mon village que je vais quitter en rejoignant Toulouse. La vie n’est qu’une succession d’événements plus ou moins forts.

    1. Oui JP, une page se tourne mais chaque chose que je fais, je le vis à 100% et je ne triche jamais.
      Une réaction humaine c’est ça. Je ne me cache jamais et assume mes choix, paroles… Une attitude qui expose beaucoup mais qui a le mérite d’être vrai. Je suis comme ça c’est tout !
      Je te souhaite bon courage car après tant d’années en RP ça risque d’être un grand déménagement avec plein de cartons,… avec aussi plein d’émotions. Peut-être que les sportifs sont comme ça. Durs au mal et à l’effort mais de grands sensibles intérieurement ?

Laisser un commentaire