Les enseignements…

Download PDF

Chose promise, chose due !

Voici ce que je retire de mon échec lors de l’étape du tour à Albertville le 8 juillet 2012.

Concernant le matériel, j’avais choisi un développement de 34*25 qui me parait réellement trop gros pour moi. Je pense qu’un 32*27 me permettrait de passer réellement autant de difficultés en une journée sans trop de problème et peut-être même subir une défaillance.

Concernant ma préparation, il est clair que je n’avais pas assez de kilomètres au compteur pour pouvoir réaliser ce type d’épreuve. Je ne parle pas du total de kilomètres, mais plutôt du type d’entraînement. J’ai réalisé des sortie entre 70 et 100km en grande majorité, ce qui à mon avis était un mauvais choix. La prochaine fois je réduirai le nombre de sorties pour les allonger et habituer mon organisme à rouler pendant 5 ou 6 heures. Je pense d’ailleurs plus prendre en compte dans mon entraînement le nombre d’heure de selle par sortie. Le but sera d’augmenter progressivement le temps de selle pour les sorties.

Concernant mon état de forme physique, là c’est la catastrophe. J’ai donc subi, le terme est très bien choisi, mon mois de juin au boulot. Stress, peu de sommeil, activité professionnelle très très intense,…

Je suis arrivé le 8 juillet avec pas mal de volonté mais complètement explosé physiquement. Pour la prochaine fois, il faudra diminuer, si possible, le stress et l’activité professionnelle un mois avant l’épreuve. Il s’agit là du paramètre le plus incertain et aléatoire de la préparation d’autant plus que les épreuves du mois de juillet arrivent juste après le mois de juin qui constitue le mois de « clôture » des affaires courantes avant la période estivale.

Un tas d’enseignements, tant sur le plan du cyclisme que sur le plan personnel qu’il va falloir prendre en compte pour élaborer mon prochain plan d’entraînement. Il y a fort peu de chance pour que l’année prochaine je sois présent sur l’étape du tour (à moins que…) pour des raisons professionnelles. Cela me laisse donc environ 2 ans de préparation pendant laquelle il va falloir quand même me fixer des objectifs intermédiaires afin de pouvoir se tester. Là encore la vie professionnelle encore incertaine n’est pas d’une aide énorme et brouille un peu les cartes.

Peut-être ai-je oublié des choses mais je pense avoir balayé pas mal de choses. Si vous avez des suggestions, remarques,… vous pouvez me laisser un commentaire.

2 réflexions au sujet de « Les enseignements… »

  1. Salut Laurent,

    Je vais t’écrire ce que j’en pense, évidemment c’est mon ressenti par rapport à la lecture de ton récit de l’EDT et de ce que je sais de tes entraînements cette année…

    1/ Expérience : tu t’es lancé sur l’une des plus difficiles EDT (je la compare à la Marmotte, avec le même dénivelé et des pourcentages souvent identiques, peut-être que la montée de la Toussuire est moins dure que l’Alpe et encore…) sans encore jamais avoir fait quelque chose d’identique, ni même d’approchant. Les 3 Cols en 2011 sur le petit parcours et Levallois-Honfleur (200 km mais plats) n’ont rien de comparable. Il t’aurait fallu t’engager sur 2 ou 3 cyclosportives au préalable cette année (par exemple la Chiappucci et l’Ardéchoise pour monter en puissance), pour habituer l’organisme à encaisser ce type d’efforts. Encore mieux, une cyclo de montagne pour le coup de pédale et adopter le meilleur développement sur forte pente (34×27 ou 28 aurait été mieux).

    2) Entraînement : il est vrai que ton entraînement a été pour le moins minimaliste. Comme tu le dis, c’est moins le total de km que la longueur des sorties qui est en cause. Si tu fais des sorties fréquentes de 100 km, ça peut passer, mais si ce n’est qu’une fois de temps en temps, ça ne suffit pas. Les heures de selle sont indispensables et si tu ne peux t’entraîner fréquemment, il faut allonger la durée des sorties. Tu as souvent des randonnées de 200 km en Ile-de-France (souvent des BRM) pour cela. Par ex, fin mai j’ai enchaîné une rando à Savigny (200 km) et le Brevet du Massif Ardennais le lendemain (180 km avec 2800 D+), ça donne la caisse.

    3) Longchamp : c’est un super outil pour s’entraîner, mais bien sûr pour la montagne, c’est insuffisant. Mais on peut s’en servir pour reproduire l’intensité qu’on subit dans un col. Comment ? En intégrant le groupe rapide et en essayant de garder le contact – voire mieux – le plus longtemps possible et pas seulement 1 ou 2 tours. J’y passe souvent 2 heures, parfois plus, à bloc. Alors même si je ne peux m’entraîner bcp en montagne, lorsqu’il s’agit de conserver 85 à 90% de ma FC Max dans un col, cela m’aide beaucoup. Et de façon générale, tu verras que ça boostera ton niveau très rapidement !

    4) Fatigue : la prochaine fois, il te faudra trouver une autre solution que la navette ASO pour aller au départ… Levé avant 3h du matin pour un départ à 7h avec le stress de l’épreuve, le manque de sommeil, ça n’aide pas du tout. Si tu t’endormais dans le Glandon, cela y est pour beaucoup… Fin juin sur le DFU, levé à 4h30, je m’endormais à moitié dans les lacets de la descente de la Bonette vers 10h45, c’est very dangerous…

    Voilà quelques pistes, le tout est de rester raisonnable dans le choix de ses objectifs, tout en conservant un minimum d’ambition et de « folie », je sais que tu as la volonté suffisante pour rebondir après cela Wink

    1. Merci Laurent pour ton commentaire très détaillé.
      Je pense en effet que ma préparation était minimaliste, le mot est faible !
      Je vais essayer de digérer et analyser les choses pour pouvoir trouver des solutions afin de pouvoir m’entraîner correctement et concilier cela avec ma vie familiale. Pas facile !
      J’ai du temps et je remettrai ça à coup sur même si c’est incertain pour l’année prochaine…
      Pour la navette ASO, je pense que tu as partiellement raison car le manque de sommeil ne datait pas de la veille mais du mois de juin passé à fond à fond au boulot avec des nuits très très courtes et un stress de malade. Donc pas les meilleurs conditions pour réaliser une telle épreuve. Il faut tout de même admettre que c’est difficile prévisible plus de 6 mois avant (lors de l’inscription Wink ).
      encore merci, c’est un commentaire que je relirai attentivement plusieurs fois.
      A+

Laisser un commentaire