Quand le Bordelais à un gout de Beaujolais !!!

Download PDF

Ce samedi, après avoir travaillé un peu dans le jardin le matin, je décide d’aller rouler un peu et découvrir la rive droite de la Garonne. Je pars donc vers 13h30. Cette fois, j’espère que j’arriverai à trouver le pont à Langoiran pour aller chercher quelques pentes dont les adhérent de mon club m’ont parlé.

Dès le départ, les jambes tournent bien. Je trouve même que je suis un peu facile. Je reste méfiant car quand c’est trop facile, j’ai tendance à vouloir mettre le paquet et ça m’est fatal sur la fin de la sortie. En plus, je vois vite que j’ai le vent favorable mais qu’au retour je l’aurai en pleine poire…

J’arrive facilement au pont de Longoiran. J’ai d’ailleurs pris quelques photos en route sur des curiosités découvertes au fil des kilomètres.

Une fois le pont franchi, j’ai un peu l’impression de me retrouver dans le Beaujolais. Le paysage est vallonné, il y a moins de conifères dans la végétation. Il y a quelques vignes avec plein de noms qui commencent par « Chateau ». J’ai même vu une porte en plein milieu d’une vigne sans aucun mur sur les côtés. On pourrait croire à une carte postale.

Quand j’attaque les premières pentes, je vois bien de quoi voulait parler Bruno quand il me disait qu’il y avait des pentes « casse-pattes » dans le coin. Je m’éclate comme un malade dans ces pentes. Le rythme cardiaque monte et j’arrive à garder un certain rythme de pédalage ce qui me permet de garder une vitesse correcte. Ça fait du bien de monter de vrai pentes !

Lorsque je regardais la carte de la région (Google Maps, OpenRunner,…) je trouvais que la ville du Créon était bien loin de mon lieu d’habitation avec pas mal de dénivelé. Là j’arrive au Créon avec facilité. La descente entre Créon et Longoiran se fait sur une route en mauvais état pour un cycliste. En voiture ça doit aller mais en vélo, on est secoué par les trous dans le revêtement qui passent inaperçus en voiture. Finalement, je remet ça encore une fois sur les routes en mauvais état pour une petite boucle qui devait me porter au delà des 100km à l’arrivée.

Le retour s’effectue par Castres-Gironde, Saint Selve, La Brede et la Voie Romaine. Comme à mon habitude j’ai un gros coup de moins bien entre 80 et 90km. Cela donne quelques arrêts de quelques secondes à 2 minutes maximum pour me détendre et reposer quelques muscules, notamment ceux du dos. En arrivant à Leognan, je me sens un peu cramé, je décide alors de ne pas passer par la route prévue et prendre la piste cyclable. Bon je me sens cramé et je roule en 26 et 29km/h ce qui me permet de dépasser quelques cyclotouristes et un gars qui semble encore plus mal que moi. Bon je sais que c’est pas bien mais le fait qu’ils soient plus lents que moi me donne un peu de courage et je les dépasse (avec tout de même un petit signe quand même, il faut être poli  Heh ).

Finalement je rentre pas mal entamé mais content. Le contrat des plus de 100km est remplit !

Je ne sais pas encore comment repousser ce petit coup de moins bien qui se situe pour moi aux alentours des 80-90km. Je pense qu’il va falloir allonger les sorties (en kilomètres) et par contre les rendre un peu moins fréquentes mais là il va falloir que je recherche un peu sur le net pour avoir des informations. Si vous avez des conseils de ce côté, je verrai ce que je peux adapter à ma vie.

Le parcours en liens

En chiffres

  • Distance : 104km
  • Durée : 3h50
  • Cadence moyenne de p?dalage : 77tpm
  • Cadence maximale de pédalage : 115tpm
  • Fréquence cardiaque moyenne : 136bpm (71.96% de ma FCmax)
  • Fréquence cardiaque maximale : 173bpm (91.53% de ma FCmax)
  • Dénivelé : 625m

 Le parcours

Rencontre sur le parcours
Rencontre sur le parcours
Que celui qui l'a vidé se dénonce !
Que celui qui l’a vidé se dénonce !
Eglise du Portet
Eglise du Portet
On voit où on est !
On voit où on est !
Ma pomme avec le maillot de mon nouveau club
Ma pomme avec le maillot de mon nouveau club
Route qui illustre le titre de l'article
Route qui illustre le titre de l’article

Laisser un commentaire