Sortie club du 24 mars 2013

Download PDF

Pour ce weekend, j’ai longtemps hésité concernant le jour où j’allais placer une sortie. Il y a pas mal de travail à la maison et en plus le temps est légèrement incertain jusqu’à la veille. La météo annonce des averses alors qu’il fait un super soleil et inversement selon le cas.

Pour pouvoir passer un bon moment en famille le samedi après-midi, je décide de sortir le vélo le dimanche matin avec la sortie club. Je bâche la reconnaissance du parcours qu’il me sera possible de faire le midi pendant la pause du repas lors des jours de boulot.

Le samedi après midi, je sors le VTT en famille pour aller au lac vert. Une belle sortie pendant laquelle les filles s’en sont données à cœur joie. En plus, la grande fait du vélo avec papa et maman. C’est que du bonheur pour tout le monde.

Le dimanche matin, le club fixe le rendez-vous pour un départ à 8h00. C’est dur de se lever le dimanche mais bon j’y vais. Au départ les jambes ont du mal à tourner. Je suis raide et j’ai quelques courbatures. La sortie s’annonce difficile. En plus je pense que certains ont déjà pas mal de kilomètres au compteur et sont en plein dans le début des compétitions et sont donc affûtés comme jamais.

Les premiers kilomètres passent dans le groupe qui est composé de 6 autres coureurs. 3 des coureurs présents sont largement au dessus de mon niveau et les 3 autres sont de mon niveau. Pendant les premiers kilomètres je pense que je vais passer une bonne partie de la sortie dans le groupe. C’est ce qui se passe jusqu’au 50ème kilomètre où les petites bosses se succèdent. Je passe ces bosses bien mieux que la plus part des membres du groupe. J’en suis le premier étonné. Il faut dire que certains sont en pleine reprise alors que deux sont largement devant. Une chose est certaine c’est que je descends mal car à chaque fois qu’on attend les autres en haut, je suis largement dépassé dans la descente… J’aurai peut-être à travailler ce point mais il doit aussi y avoir une question de poids. Si vous avez des conseils sur des exercices particuliers pour m’améliorer en descente, alors laissez moi un petit commentaire, merci d’avance.

Finalement, dans le groupe, un des coureurs a une grosse défaillance, et une autre n’est pas bien non plus, et je décide d’aider le premier à revenir sur CESTAS. Nous ralentissons l’allure de manière à ramener tout le monde à bon port. Bruno, le président du club m’aide. Nous évitons les grosses bosses et rentrons le plus directement possible.

Je rentre à la maison sans trop de problèmes et je suis même étonné de mon état car nous avons tout de même très bien roulé. C’est une fois l’ordinateur allumé que j’apprends que j’ai fait un peu plus de 100km à un peu plus de 28km/h de moyenne.

Je suis assez content de ma sortie. Je progresse sur les longues sorties et j’observe plusieurs avancées. La première chose positive, c’est que la modification de mon poste de pilotage (modification du sens de la potence) a donner les résultats escomptés. Je n’est pas eu mal au vertèbres cervicales. Aucune douleur, juste de la fatigue musculaire en fin de sortie. Bref, je crois que j’ai trouvé un réglage de vélo qui me donne une position assez confortable pour rouler sur des distances supérieures à 100km sans trop de douleurs.

La deuxième chose positive, c’est que je roule bien. La forme est là même si j’ai l’impression d’être fatigué par le boulot et le travail à la maison. Je pense que c’est normal et qu’il va me falloir apprendre à gérer ma forme et ne pas me griller.

Les liens vers les parcours

Strava : http://app.strava.com/activities/45641039

Garmin connect : http://connect.garmin.com/activity/288166844

En chiffres

  • Distance : 102km
  • Durée : 3h33
  • Fréquence cardiaque moyenne : 138bpm (73.02% de ma FC max)
  • Fréquence cardiaque maximale : 178bpm (94.18% de ma FC max)
  • Cadence moyenne de pédalage : 83tpm
  • Cadence maximale de pédalage : 141tpm
  • Dénivelé : 602m

Les parcours

6 réflexions au sujet de « Sortie club du 24 mars 2013 »

  1. salut Laurent !

    tu commences à souvent enchainer des grosses sorties, c’est bon ça !

    pour la descente, je pense qu’au début le mieux est de s’entrainer tout seul.
    bien sûr, en suivant quelqu’un de plus rapide tu vas apprendre beaucoup, mais dans un premier temps le plus important est d’être décontracté sur le vélo. donc tu fais une descente tout seul, tranquille sans stress, et tu recommences juste après en essayant de mieux passer les virages. c’est important d’enchainer rapidement, car tu as encore tes repères en tête, et tu assimiles beaucoup plus vite je trouve, plutôt que de repasser au même endroit une semaine plus tard…
    après quand tu commences à être à l’aise, il faut observer les plus rapides que toi et essayer de les suivre, ça aussi ça fait progresser.

    sinon d’un point de vue technique, les conseils classiques :
    – la majorité du freinage se fait avant le virage, quand t’es encore en ligne
    – ensuite tout doux sur les freins (en particulier l’avant)
    – toujours pointer le regard vers la sortie du virage où tu veux passer (le vélo va là où tu regardes !)

    je trouve que le plus dur, c’est de bien estimer la puissance du freinage, si tu ralentis trop c’est autant de vitesse perdue à compenser en relance en sortie de virage…

    bref, c’est vraiment tout un aspect technique à bosser… l’avantage, c’est que pour enchainer les descentes, il faut aussi les remonter à chaque fois, donc tu bosseras aussi le physique Grin

    bon, j’ai encore été super bavard… (sorry)

    oli

    1. Salut Olivier,
      Le problème n’est pas trop quand ça tourne. Là je me débrouille pas mal car j’ai quelques notions de ski qui doivent m’aider notamment pour déterminer les trajectoires.
      Par contre en ligne droite, je prends souvent 10m par des cyclistes de plus fort gabarit et reprendre les 10m (sur une petite descente) est un surplus d’effort.
      Je remarque aussi que je suis devant ces mêmes cyclistes dans les montées.
      Lors de ma première cyclosportive, j’avais fait le yoyo avec un gars.
      Il me dépassait quand ça descendait et je le dépassais quand ça montait.
      En descente, je ne sais pas quoi faire pour lutter avec un cycliste que fait 10kg de plus que moi. Ce qui me rassure un peu c’est quand j’arrive en haut avant et qu’il ne me grille pas pendant la descente…
      Peut-être y a-t-il une technique de positionnement des jambes pour être plus aérodynamique mais j’ai un doute. Ce qui ne m’avantage pas en descente c’est mon poids.
      Je vais quand même essayer de travailler les descentes quand j’en aurai l’occasion mais quand je descends le Mont Ventoux je roule aussi vite que ceux qui sont plus lourds que moi. C’est que ma technique n’est pas si mauvaise que ça non ?
      Bon, une longue réponse mais j’essaie de m’améliorer Wink
      ++

  2. mes cours de physique sont loin, mais je ne pense pas qu’être plus lourd constitue un avantage en descente…
    en fait je n’y vois que des inconvénients
    – plus lourd = plus gros = plus de résistance au vent,
    – plus lourd = plus difficile à freiner,
    – plus lourd = moins agile sur le vélo et centre de gravité plus haut donc moins stable,
    – plus lourd = plus de frottements au niveau des divers roulements…

  3. je connaissais aussi cette anecdote des bidons de plomb, mais je l’avais justement découverte dans un article qui expliquait que ça ne servait en fait à rien.

    sans frottement, l’accélération ne dépend pas de la masse, donc euh… et si l’on ajoute les frottements, plus tu es lourd et plus ils te ralentissent. le plus important c’est surtout la résistance de l’air (et aussi des roulements des roues, des pneus et de leurs pressions…)

    d’ailleurs quand je réfléchis aux meilleurs descendeurs du peloton pro, y’a quand même peu de gros costauds.

  4. j’ai révisé mes cours !
    bien sûr en l’absence de frottement, l’accélération est la même.
    ensuite un poids plus lourd subit un peu moins les frottements. par contre c’est pas un avantage pour les frottements au niveau des roulements. mais je persiste à penser que dans les ordres de grandeurs c’est la résistance de l’air qui prime sur le poids, bref à mon avis vaut mieux baisser la tête que de porter un sac de cailloux Grin
    et continuer à pédaler…!

Laisser un commentaire