Sortie entre Var et Alpes maritimes…

Download PDF

Et oui, je ne voulais pas faire de jaloux entre les deux départements et en plus ça monte et ça descend de la même manière dans chacun d’eux. Un beau terrain de jeu !

C’est donc une sortie que j’ai préparé sur Strava et Openrunner pour des raisons que j’évoquerai dans un futur article.

En raison de la température qui monte assez vite dans la région en ce moment (normal on est quand même en plein été), je me dois de partir assez tôt pour un raid qui se situera entre 90 et 100km. C’est donc vers 6h50 que je prends la route. Après un petit-déjeuner silencieux (personne n’est encore levé dans la maison), je m’équipe et pars tranquillement. Comme je m’en doutais un peu, ça commence directement par une montée. La montée sur Cabris. Pas simple à froid. J’en profite pour faire quelques réglages de mon dérailleur arrière (c’est pas à froid qu’on fait les meilleurs performances) mais j’ai encore un bruit à l’arrière du vélo lorsque je suis sur le petit plateau. Un toc toc toc chaque fois que j’appuie sur la pédale de gauche. Bizarre… C’est pas trop grave, je continue. Je monte jusqu’à Saint Vallier de Thiey puis j’attaque la montée du col du Ferrier (1041m). Une très belle montée, régulière où la route est dans un très bon état. Que du plaisir Wink

Col du Ferrier
Col du Ferrier

Ensuite, c’est direction Gréolière. De bien belles petites routes avec des arbres qui protègent bien du soleil. Sous ces arbres il est possible de sentir que la température monte bien et que la fin de la sortie sera chaude  Sweat !

De très belles routes pour la pratique du cyclisme, par contre un peu difficile pour une balade en famille. La route n’arrête pas de monter, descendre même si le dénivelé n’est pas très important c’est usant.

En passant à Cipières, trois cyclistes étrangers me demandent si la route pour aller à Nice passe par un col ou non ?

Je leur réponds que je n’en sais absolument rien. S’ils savaient que je cherche moi aussi un peu ma route par moment je crois qu’on aurait pu aller se prendre une bière et discuter un peu (ce qui ne m’aurait pas déplu) mais je suis attendu à la maison pour le repas Smile

La traversée du village de Gourdon est superbe. Il s’agit d’un petit village perché sur un éperon rocheux qui mérite le détour. C’est vraiment superbe pour les vacances ou en passant (en vélo bien entendu Wink ) mais de là à y vivre à l’année je ne suis pas certain…

DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO

Les routes suivantes sont un peu moins hospitalières. Soit très étroites, soit conçues pour la circulation automobile avec un trafic important. Bref, ça roule bien jusqu’à Grasse mais il faut faire attention à la circulation (notamment à des camions chargés de pierre/sable qui semblent sortir d’un carrière pas très loin).

A l’arrivée sur Grasse, l’atmosphère est bouillante. Le goudron, les murs renvoient la chaleur et il fait très très chaud derrière les pots d’échappement des voitures. Il faut faire attention à la circulation d’autant plus que je ne connais pas la ville et encore moins les routes à emprunter.

Je découvre des rues escarpées difficiles pour la pratique du vélo. Par exemple, je suis tombé sur une rue se séparant en deux et en tant que cycliste je roule à droite. Mon problème : aller à gauche (ma direction) alors qu’il y a des voitures qui arrivent vite le tout dans une pente qui avoisinait les 9%. C’est sport et les pulses montent assez vite. Je me pose encore la question de savoir si c’est la poussée d’adrénaline liée aux voitures ou la pente qui m’a fait monter les pulses Wink  !

La dernière montée de la journée est longue. Elle commence dans Grasse par cette rue :

copy-GOPR0833.JPGEnsuite ça monte assez régulièrement vers Cabris que je suis heureux de voir environ 15 à 20 minutes plus tard (estimation de ma part). La montée sur Cabris a été chaude et j’ai dû m’asperger par deux fois afin de garder mes capacités et ne ma passer en surchauffe pour cette montée qui sous cette chaleur (et après quelques kilomètres au compteur) devient exigeante. Arrivé à Cabris, je sais que je n’ai plus que de la descente, donc c’est cool la maison est à portée de tir.

Finalement ça donne une très belle sortie de 4 heures pour 92km avec un compteur qui donne un peu plus de 1700m de dénivelé positif (ce qui m’étonne vu que l’estimation de Strava prévoyait un peu moins de 2500m, je ne sais pas qui a raison).

De très bonnes sensations et heureux d’avoir roulé sous un tel temps. Des conditions un peu chaudes mais qu’on aimerait avoir plus souvent pour un parcours superbe. De bien belles routes…

Quelques photos

Le parcours

A bientôt pour d’autres aventures dans le Vaucluse cette fois.

Laisser un commentaire