Archives par mot-clé : émotion

Une GFNY mont ventoux en famille

Download PDF

Cette année je n’avais programmé qu’une cyclosportive. Pas de quoi pavoiser mais j’avais pour ambition de finir le grand parcours.

Ce dimanche 25 juin 2017, je me réveille vers 5h30 pour déjeuner, mettre les vélos sur la voiture et partir. Pour la première fois, ma femme est sur le vélo. C’est sa première cyclosportive et l’angoisse de la voiture balai tout comme celle de la cohue du départ se glissent dans sa tête. Je profite alors de mon manque flagrant d’entraînement pour faire en sorte que tous ses doutes se dissipent. Je l’accompagnerai jusqu’au sommet.

Le déjeuner englouti, nous enfilons nos habits de lumière et mettons les vélos sur la voiture. Puis direction Vaison la Romaine où les 2000 furieux se sont donnés rendez-vous.

Tout le monde arbore fièrement le nouveau maillot de la GFNY mont ventoux. Dès notre arrivée à Vaison la romaine, nous nous attelons à préparer les vélos et nous mettons une touche finale à notre belle tenue (bref on met nos chaussures de vélo et nos casques Wink ).

Nous fermons la voiture et prenons la direction du SAS de départ. 2000 personnes au départ. J’imagine ce qui doit se passer dans la tête de ma femme.

7h30, Ça y est l’organisation libère les fauves. En ce qui nous concerne c’est plutôt des petits chatons qui ont un peu peur du monde mais nous nous frayons un chemin parmi tous ces cyclistes.

Les deux premiers kilomètres sont neutralisés. Comme d’habitude les retardataires jouent des coudes pour passer devant. Nous avançons à notre rythme. Pour nous le but, c’est d’arriver en haut en prenant un maximum de plaisir. Notre performance ce sera ça !

Sans même nous en rendre compte nous passons le col de Veaux. Comme il fallait s’y attendre certains ont déjà du mal (casse matériel, crevaison,…) et le plus dur est à venir.

La descente du col de Veaux permet de récupérer. Heureusement car les montées sur le col des Aires et un peu plus loin celle sur Aurel sont longues.

Nous faisons notre chemin jusqu’à Brantes où là encore il faut monter sur le col des Aires. Avec tous ces cyclos et ce magnifique village, on en prend plein les yeux.

À l’arrivée au pied du mont ventoux et vu son état, je décide de monter avec Élodie. Mon but, lui faciliter la montée car au fur et à mesure de l’ascension, les forces s’amenuisent. Nous faisons plusieurs arrêts lors de cette montée. Élodie paie un peu le départ rapide de l’épreuve mais elle fait preuve d’un courage de fou et s’accroche de toutes ses forces à ma roue.

A l’arrivée en haut c’est génial. La médaille du “finisher”, le plaisir d’être là haut, le plaisir de voir ce paysage magnifique, le partage de ma passion avec d’autres cyclistes et plus particulièrement de partager ce moment avec ma femme.

Deux mots pour l’organisation : GÉNIAL & MERCI !

Pas un défaut dans la signalisation, dans l’accueil, dans le matériel (maillot, bidon), des ravitos de fou même en faisant partie des derniers.

Enfin merci à l’ensemble des participants pour leur bonne humeur et leur “esprit cycliste”.

La GFNY mont ventoux est réellement un incontournable !

Dans les années futures je vais avoir un problème de riche : choisir entre l’Ariégeoise et la GFNY mont ventoux.

Deux cyclosportives au top!

Joyeux noël

Download PDF

Et oui le 25 décembre est déjà là (enfin dans quelques heures) !
Il fait bien froid dehors, les jours sont les plus courts de l’année et pourtant un esprit de partage et de joie parcourt le monde.

En ces temps de fête, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour ceux qui souffrent. La maladie, la guerre, l’idiotie de l’homme, etc sont autant de choses que le vélo me fait oublier le temps d’un instant au même titre que ces moments passés en famille.

J’oublie le monde et sa dureté le temps de cette fête, le temps d’un regroupement familial qui me fait beaucoup de bien.

Je vous souhaite à tous un très bon noël.

Sans excès, sans trop de cadeaux mais des cadeaux bien choisis et surtout loin de la société de consommation pour retrouver cet esprit si particulier propre à noël et pas cette fête commerciale qui envahit nos écrans (TV, ordinateurs,…) ou notre quotidien.

JOYEUX NOEL A TOUS

Ventoux – Parkinson, acte 3

Download PDF

France ParkinsonJ’entame donc la descente sur Sault plein d’angoisse et d’appréhension même si je sais que cela réduit mon potentiel énergétique. Je n’y peut rien !!!

Dans la première partie de la descente (jusqu’au chalet Reynard), la visibilité est bonne et il fait assez clair. Cela me permet d’atteindre une vitesse honorable même si je continue à me restreindre pour pouvoir m’arrêter à n’importe quel moment. Après le chalet, la descente se fait beaucoup plus douce et parfois même il faut pédaler. Au fur et à mesure de la descente je m’enfonce dans la forêt. L’obscurité se fait de plus en plus présente  autour de moi et m’oblige à réduire encore plus ma vitesse.

A un moment, les animaux (des biches je pense) me font une grosse frayeur. A mon passage, cela coure dans les bois à côté de moi, ils doivent être effrayés par le bruit du vent dans les rayons. Malgré mes cris, les bruits se dirigent vers la route un peu devant moi. Je redouble de cris et enfin les bruits s’éloignent de la route. Ouf, j’ai bien cru qu’ils allaient me boucher l’unique porte que sortie que j’ai dans un tel endroit : la descente.

Je finis ma descente tranquillement malgré le froid qui me saisit lorsque je sors de la forêt. Il fait encore bien nuit et une légère baisse des températures annonce une aube naissante.

Ceux qui sont déjà passés par là connaissent la petite montée à l’arrivée sur Sault. Et bien elle passe facilement alors que j’ai le souvenir d’un grosse peine en 2013. Mon arrivée, Sault me laisse l’impression d’un village mort. Des bruits bizarres mais pas un mouvement, pas âme qui vive. Il faut dire qu’il est tôt.

Je m’installe sur un banc au milieu de la place pour me reposer un peu, manger, changer les piles de la lampe frontale. Le temps de faire tout ça me prend environ 10 minutes mais je resterai finalement 10 minutes de plus pour me reposer un peu. Je m’en veux car ce sont des minutes précieuses mais le repos l’est aussi. Je n’ai pas encore l’habitude de gérer de tels sorties et dans la tête il s’agit de “brider” un cerveau qui voudrait aller plus vite, plus loin car le corps demande du repos. Je n’avais encore jamais connu un tel sentiment. Je pense que là encore j’ai dépensé un peu d’énergie à maîtriser mes sentiments.

J’entame donc la montée avec peu d’énergie et une grosse fatigue. La nuit a été longue mais le mental est là. Au fur et à mesure de la montée je vois le jour se lever et sens la température descendre puis augmenter avec l’arrivée du soleil. Je suis extrêmement fatigué au point de devoir faire un arrêt avant le chalet Reynard.

Montée depuis Sault

J’en profite pour enlever la Gore Tex et manger un peu. A ce moment je m’aperçois que j’ai de l’eau au fond de l’estomac. Je connais cette sensation où il est impossible de boire, manger malgré la déshydratation. Pour faire passer ça je me force à avaler un gel énergétique de manière à changer le niveau d’acidité de l’eau dans l’estomac et manger un bout d’une barre de céréale.  Cela va mettre du temps à passer mais normalement ça devrait me permettre de faire passer cette mauvaise sensation.

J’arrive à me hisser au niveau du chalet Reynard. Je n’ai encore jamais trouvé cette montée aussi difficile et c’est à ce moment que je réalise qu’il me sera impossible de faire 6 montées. Pas grave, je continue au moral et la cause que je défends en vaut la peine. Après une petite pause, je m’arrache (c’est bien le terme) pendant environ 1 heure pour faire les derniers 6 kilomètres.

Avant d’arriver en haut, je suis doublé par un cycliste équipé entièrement Etixx-Quick Step. Le gars roule environ à 20km/h à cet endroit et facilement en plus. Nous échangeons quelques mots en français et en anglais puis il me dépose. Je ne sait pas qui était ce cycliste mais pour monter à cette vitesse en étant parti de Bédoin, il y a du niveau…

Sommet Ventoux
Sommet Ventoux

Au sommet je m’habille car il ne fait pas si chaud que ça et avec le vent relatif, ça va faire frais Wink !

Je pars juste derrière un autre cycliste qui sur la photo ci-dessous se prépare aussi à la descente. Il m’annonce une expérience de 40 montées du mont chauve. Je décide de le laisser passer devant et regarder à distance ses trajectoires et m’en inspirer.

Sommet Ventoux

Grace à lui je réalise une bonne descente et j’arrive à Bédoin avec 1/2 heure d’avance sur l’horaire prévu. Par contre le niveau de fatigue est grand et le manque de sommeil se fait sentir.

Ventoux – Parkinson, acte 2

Download PDF

France ParkinsonUne fois au sommet, je prends le temps de regarder le paysage. Je le connais par cœur. Il est logé dans ma mémoire depuis ma première montée, gravé à jamais mais à cet instant il fait nuit, les lumières dans la plaine sont magnifiques mais je ne suis pas rassuré. “L’attaque” du renard m’a fait prendre conscience qu’à cette heure et sur ce mont je suis fragile et faible. Il va falloir apprendre à être dur et vite !

Une fois habillé pour la descente, je mange un petit bout et repars. C’est seulement à l’arrivée que je m’apercevrai que le compteur avait été déconnecté de la ceinture cardio et du capteur de fréquence de pédalage. Pas important !

Juste après mon départ, je m’aperçois que sur les parking en haut du mont Ventoux, des camping car sont garés. Des gens passent la nuit à cette altitude. Incroyable mais le spectacle du matin doit être fabuleux.

Je me méfie beaucoup dans la descente. Je dois pouvoir maîtriser ma vitesse et m’arrêter à n’importe quel moment. Je sais que dans le massif, il y a des cerfs, des biches,… Si je venais à percuter du gibier je serais dans le pétrin. Malgré les couches de vêtements, le tour de cou, le sous-casque, la sueur toujours présente et le vent relatif me refroidissent vite.

Lorsque j’arrive au niveau de la forêt, je ne suis très rassuré. Combien d’animaux sont présents et combien vont traverser la route ou même m’attaquer parce que je les dérange ???

La prudence paie. J’arrive à Malaucène transi de froid mais entier et sans mauvaise rencontre. Je suis pourtant certain qu’il y avait plein d’animaux sur le bord de la route. Peut-être que la vitesse liée à la descente et le bruit du vent dans les roues les a un peu effrayé ?

Je mange tranquillement et fait le plein des bidons. Malaucène me présente un tout autre visage qu’en journée. J’ai parfois même l’impression que le village est mort.

Après m’être préparé pour une nouvelle montée je passe vers une poubelle pour y mettre mes déchets et entame une nouvelle montée. Je sors du village et juste avant de Grozeau, j’entends derrière moi dans le bas-côté et les fourrés le galop de plusieurs cerfs, fans ou biches (je ne sais pas trop). Une chose est certaine c’est qu’ils me chargent. Je gueule, crie rageusement et l’espace d’un instant je doute être en mesure de les faire fuir mais finalement j’y arrive. Je retiendrai ce moment comme la plus grosse peur du périple. Un groupe de cerfs apeurés peut être très dangereux…

Juste après le Grozeau, ma veste Gore Tex tombe derrière moi. Je l’avais mal attachée à la sacoche de selle. Ouf elle ne s’est pas prise dans la roue arrière. Je fais très attention pour la ramasser et je me sens observé. Réalité ou imagination après ce qu’il vient de se passer ???

Je replace la veste et l’attache bien cette fois-ci et repars. J’allume la lampe frontale ce qui me permet d’avoir un rayon lumineux dirigeable. Lorsque je tourne la tête à gauche ou à droite, il m’arrive de voir des yeux illuminer les taillis en haut de la route. Afin de ne pas connaître la même mésaventure qu’un peu plus tôt dans la montée de Bédoin, je décide de rouler au milieu de la route. Cela laisse pas mal de place de chaque côté et si un animal doit venir me taquiner il sera obligé de se découvrir…

Je savais que la montée de Malaucène était difficile. Je ne dirai pas je l’ai trouvée facile mais moins difficile que lorsque j’ai réalisé les cinglés du Ventoux en 2013. Le rond point du mon Serein n’est plus allumé (il l’était lors de la descente). Dommage, j’aurais bien contrôlé le vélo, les bagages,… Oh pas parce que j’avais un doute mais juste parce que je suis perfectionniste et n’aime pas les mauvaises surprises au mauvais moment !

Dans la ligne droite qui suit l’épingle à cheveux au dessus du mont Serein, j’entends le cri d’un animal qui me charge (je pense que c’était un cri de renard mais  je ne suis pas spécialiste). Je hurle et bouge sur le vélo et met encore une fois en fuite mon assaillant. Encore une belle peur…

Continuellement sur les gardes, j’atteins le sommet fatigué mais content de ma performance. Si je compare à 2013, je passe bien mieux la montée de Malaucène.

Je profite de cet arrêt au sommet pour manger la moitié d’un sandwich, boire et m’habiller pour descendre sur Sault. Pour cette descente, je ne garderai pas les mitaines et je passe aux gants longs mi-saison.

J’appréhende la descente sur Sault. Le gibier est omniprésent dans cette zone du mont chauve. Il va falloir maîtriser la vitesse…

En raison de mon extrême tension et de la nuit environnante, je n’ai pris aucune photo. J’ai vécu intensément le moment et seuls les souvenirs restent…

 

Ventoux – Parkinson, acte 1

Download PDF

France ParkinsonCe lundi 1 août 2016, je me retrouve à Bédoin en soirée pour préparer mon départ du kilomètre 0 à 22h00. Pour cette première partie de parcours je porterai la tenue de mon ancien club, le Vélo Club Canéjan. L’idée est née là bas mais elle se concrétise ailleurs. Un grand merci à tout le VCC pour ce qu’il m’a apporté et j’espère porter haut les couleurs de mon ancien club qui a une place particulière dans mon cœur.

L’objectif est d’essayer d’attirer l’attention sur l’association France Parkinson à l’aide d’un événement sportif : 6 montées (si possible) du mont Ventoux en 24 heures.

Le départ s’effectue au kilomètre 0. Je suis seul avec ma femme et je ne suis pas surpris. Combien de fous iraient gravir le mont Ventoux en pleine nuit ?

Départ de Bédoin KM 0
Départ de Bédoin KM 0
Départ de Bédoin KM 0
Départ de Bédoin KM 0
Départ de Bédoin KM 0
Départ de Bédoin KM 0

A ce moment précis je ne sais pas ce à que je vais trouver devant moi. Une chose est certaine, je vais vivre quelque chose d’exceptionnel mais quoi ?

Jusqu’à Saint Estève, je suis dans le monde “urbain”. Il y a des lumières tout autour de moi, le bruit des villages résonne dans la nuit et la présence de l’homme est indiscutable.

Après le virage, j’ai l’impression d’entrer dans un trou noir. Plus aucune lumière, les bruits du monde sont assourdis par les arbres et la pente commence à se faire très présente. Je connais cette route. Je l’ai empruntée 15 jours auparavant juste avant que le tour de France n’y passe mais là je ne reconnais pas grand chose. Très vite le silence se fait autour de moi et les bruits de la civilisation disparaissent complètement. Juste le bruit de ma transmission, le vent dans les feuilles et des chutes de pierre au milieu de la forêt.

Le vent…

Oh, ça aurait pu être pire, je le sais bien. Environ 30km/h en diminution constante depuis que le soleil s’est couché. Mais un vent qui à ce moment précis m’arrive en pleine figure. Ce n’est pas qu’il fasse froid mais quand on connaît la difficulté liée à la pente pendant les quelques kilomètres qui suivent l’épingle à cheveux de Saint Estève on réalise l’effort nécessaire pour se hisser vers le haut. Je me dis alors que ça va pas être du gâteau mais que je suis déjà arrivé en haut dans de pires conditions. Je baisse la tête et avance.

Pendant cette montée, la civilisation se rappelle à moi à 6 reprises. 3 voitures sont montées puis sont redescendues.

La forêt se fait de plus en plus massive mais je n’y prête pas trop attention. Les bruits de cailloux, le vent dans les arbres me rappellent des marches de nuit effectuées il y a bien longtemps. La montée de Bédoin a ça de bien qu’on voit facilement quand on arrive vers le sommet. La forêt laisse place à un désert de cailloux blancs. Au moment où je passe cette frontière, je m’aperçois que le vent a diminué même s’il est toujours présent (environ 20km/h au jugé).

A partir de 23h45 plus personne. Je suis seul sur terre…

Seul n’est pas le mot juste. Un peu avant que la dernière voiture ne me double, je suis “attaqué” par un renard qui saute en ma direction depuis ma droite. Un écart sur la gauche et un gros hurlement de rage de ma part et l’attaquant est mis en fuite. Je pense que je lui ai fait peur en arrivant avec un véhicule sans moteur, qu’il ne m’avait pas vu malgré mes lumières et qu’il a simplement répondu. En plus la voiture qui m’a dépassé peu de temps après a dû terminer de le mettre fuite. A ce moment précis je prends conscience du lieu où je me trouve : la nature. Je me remémore les récits des cyclistes qui font de la longue distance avec les attaques de chiens, le gibier qui traverse en pleine descente,…

Je me mets donc dans une sorte de mode “survie” et essaie malgré tout d’apprécier le paysage. La vue sur l’observatoire qui se confond aux étoiles du ciel, la vue sur la plaine avec ses lumières… Magnifique !

J’arrive en haut en entier et c’est une première victoire pour moi. Je m’équipe pour la descente (Gore Tex, jambières, tour de cou,…) et mange un bout, bois bien, apprécie un peu le moment où j’ai le sommet pour moi seul. Je suis le premier cycliste du jour en haut du mont Ventoux !!!!!!!!!

Il reste encore de la route pour atteindre l’objectif…