Archives par mot-clé : entraînement

Le soleil les rend fous !

Download PDF

MoiCe samedi après-midi, je sors pour un entraînement plus court que prévu en raison d’un mal au nerf sciatique gauche. Je pense avoir trouvé la source de ce mal dans le sac à dos assez chargé ces derniers temps. Cela fait maintenant trois jours que je le charge moins et le mal tend à s’estomper mais reste encore présent.

Je pars donc pour une séance de pas trop vallonné avec dans la tête de ne pas mettre trop gros pour ne pas aggraver ma blessure. Ce sera donc petit plateau pendant toute la sortie !

Le parcours n’est pas tracé d’avance et se dessine en fonction de mes envies et surtout de l’ombre des arbres. Au moment du choix d’aller rive droite ou non, je n’arrive pas à résister et me dis que je ferai 2 petites montées puis je rentre…

A la sortie de Léognan (en direction de Martillac), deux voitures lancées à plus de 100km/h se suivent à environ 30cm l’une de l’autre. Je remarque que le conducteur de la deuxième voiture conduit de manière très nerveuse. Au moment à la deuxième voiture veut doubler, la première accélère. La deuxième parvient tout de même à doubler et place un grand coup de frein en pleine ligne droite (je suis à environ 200m de la scène). Je ne sais pas comment il n’y a pas eu d’accident mais quand je suis passé au niveau de l’endroit où ça s’est passé, il y avait encore de la fumée et des traces de pneu au sol. Ils sont carrément fous, idiots,… les qualificatifs me manquent pour ne pas tomber dans la grossièreté.

Bref, je continue ma route tranquillement. Ceux avec qui j’ai déjà roulé peuvent témoigner que je respecte au maximum le code de la route et que je suis loin d’être dangereux ou kamikaze. Et bien c’est encore à trois reprises que j’ai pu constater que le soleil n’est pas bon pour les conducteurs. Ils deviennent dangereux pour eux et pour les autres. Pourquoi le soleil allez-vous me dire ?

Et bien je n’observe pas de tels comportements lorsqu’il pleut ou qu’il fait maussade. Y aurait-il un lien de cause à effet ?

Personnellement j’en doute mais bon les abrutis ont l’air d’aimer le soleil !

Sinon, mon petit entraînement me mène à 77km en 3h02, ce qui me fait un peu plus de 25km/h tout en zone I1 et I2. J’ai donc atteins mon objectif de ne pas tirer sur le bonhomme, tout faire en souplesse tout en préservant une certaine distance. Sportivement que du bon lors de cet entraînement.

Je suis moins content du comportement des automobilistes et heureusement que les autres idiots ont fait leurs imbécillités “loin” de moi car je pense que si ça avait été à mon niveau mes filles n’auraient plus que leur mère et moi je ne serais plus sur cette terre…

Combien de cyclistes devront mourir ou être gravement blessés avant que les automobilistes comprennent ou ne soient punis ?

Ce qui me fait encore plus enrager c’est que le plus gros problème que j’ai rencontré a eu lieu sur la commune où ma femme a déjà eu maille à partir avec un automobiliste et surtout où la gendarmerie est très encline à sanctionner les non-respect des “stop” par les vélos mais ne sanctionne pas le non respect des distances de sécurité lorsqu’une voiture dépasse un vélo à moins d’un mètre (même sous leur nez). Alors oui je rage et malheureusement je ne peux rien faire…

Amis cyclistes, soyons forts et surtout prudents !

Bilan du mois de mai 2015

Download PDF

bilanLe mois de mai n’est habituellement pas un grand mois pour moi. Malgré les ponts et la météo qui s’améliore, je n’ai pas l’habitude de rouler beaucoup. Cette année est par contre exceptionnelle. Je dépasse, de 1km certes, la distance maximale que j’ai parcouru en un mois. Avec 951km, je suis très satisfait car cela comble un peu le manque accumulé en ce début d’année 2015.

Je sens la forme qui s’installe par contre il faut que je reste vigilant car dans ma volonté de rattraper le retard d’entraînement, il ne faut pas que j’arrive au sur-entraînement et surtout que je ne me blesse pas. En effet, ces derniers jours je sens que les articulations sont fatiguées et que je vais avoir besoin de repos.

Repos ne veut pas dire ne rien faire, bien au contraire. Il va simplement falloir que je force un peu moins et que je me repose un peu sur le vélo. Pour ça je vais devoir mouliner sans forcer ou vouloir augmenter la cadence de pédalage. Reste plus qu’à le faire !

C’est aussi un mois où j’ai pas mal monter les bosses du coin. Le dénivelé cumulé au cours de ce mois est correct pour la région. Même si c’est loin des dénivelés en montagne, ici les bosses se passent en force, en puissance,… ce qui n’est pas le cas en montagne. Cela me fait progresser sur mon point faible : la puissance.

Je pense donc que ce type d’entraînement paiera en montagne.

Bref, un bon mois de mai qui suit un bon mois d’avril.

Reste plus qu’à gérer la forme et le physique pendant ce mois de juin pour arriver “frais et dispo” le 27 juin 2015 à Tarascon sur Ariège.

Le mois d’avril 2015

Download PDF

bilanÇa y est le printemps est là avec son allongement de journée, ses jours plus ensoleillés et son lot de petits plaisirs dont le vélo fait partie.

Ce mois d’avril 2015 a été relativement clément et m’a permis de rattraper pas mal de retard sur mon entraînement pour l’Ariégeoise. Pas tout mais faut rester positif et la forme évolue dans le bon sens…

J’ai donc pas mal roulé ce mois ci et je ne suis pas trop fatigué en ce dernier jour. C’est donc que la forme vient et commence à s’installer.

Les entraînements longs deviennent plus supportables, les entraînements intenses deviennent de plus en plus intenses pour une fatigue (centrale et périphérique) constante avec une récupération correcte malgré les problèmes de sommeil dont la source se trouve ailleurs que dans le sport. C’est donc un indicateur qui me dit que pour le moment je gère pas mal  Wink

Je bats mon record en nombre de kilomètres au cours d’un mois avec un peu plus de 950km. Je n’ai encore jamais réalisé cette distance en un mois. J’ai pas mal planifié cet entraînement mais aussi bénéficié de concours de circonstance non provoqués. La chance tourne-t-elle (enfin) cette année ?

C’est aussi un gros mois en termes de dénivelé avec 5100m (en Gironde c’est pas mal). J’arrive à ça grâce à une journée passée en Vaucluse où j’ai réalisé des aller-retour passants par le col de Débat. J’ai même re-découverts quelques sensations agréables (liberté, puissance,…) sur le vélo. Cela faisait longtemps que je n’avais ressenti ça et ça fait du bien.

Les exercices intensifs de ce mois d’avril m’ont permis de valider ma fréquence cardiaque maximum car cela faisait un moment que je ne pouvais pas “monter dans les tours”. Je pense que cette fréquence cardiaque maximum continuera à augmenter car ces dernières années j’ai beaucoup travaillé sur le foncier et moins l’intensité. J’ai donc “diésélisé” et maintenant il faut “débridé” le moteur.

Plein d’indices encourageants me montrant qu’avec le temps je commence à me connaître et à gérer à ma manière les passages difficiles d’une préparation physique. Je suis content et cherche encore à mieux faire pour progresser encore plus (je n’aime pas souffrir sur le vélo en cyclosportive, alors je souffre à l’entraînement Wink ).

Sortie VCC (club)

Download PDF

pinsCe dimanche matin, j’ai décidé d’aller rejoindre les copains du club (aller un peu de pub : le vélo club Canéjan Wink ). Je me prépare à une sortie un peu moins longue que la semaine dernière mais beaucoup plus intensive le tout sous le soleil.

Je pars donc un peu après 8h00 pour un rendez-vous à 8h30. J’ai donc un peu d’avance et ça me permet de valider (avec quelques modifications) les réglages effectués la semaine dernière.

Une fois tout le monde regroupé à la médiathèque de Canéjan, nous partons en direction des bosses. Le départ est assez rapide (j’avais oublié) mais reste dans des limites acceptables. Je prends la tête avec Bruno sur les 6 premiers kilomètres mais après je laisse allègrement ma place pour aller me cacher dans les roues avant les côtes.

Difficile de juger de mon niveau sur les parties planes qui nous séparent de Langoiran. Les juges de paix arrivent après. La première côte à Lestiac sur Garonne est difficile pour moi. J’ai du mal à mettre en route et j’arrive en haut parmi les derniers. Au fur et à mesure des enchaînements de côtes, je remonte dans l’ordre d’arrivée jusqu’à terminer assez proche des premiers. Je suis assez content de moi malgré le peu de préparation que j’ai dans ce genre d’exercice où il faut monter assez haut en fréquence cardiaque (à PMA) sur des distances n’excédant pas 2km (donc relativement courte). Je récolte des conseils de la part de coach lolo. J’essaie de les suivre au plus juste afin de progresser encore et encore (toujours mon but d’être prêt à temps). Plus on enchaîne les côtes, mieux ça va. C’est bon pour le moral !

Coach lolo
Coach lolo devant moi

Après les quelques montées/descentes, il est l’heure de rentrer. C’est donc du plat et je n’aime pas ça. Sur les conseils de coach lolo, je mets un braquet assez gros (pas tout à droite mais c’est déjà pas mal pour moi) pour travailler en force, résistance ou puissance selon le rythme du groupe. J’ai d’ailleurs travailler en puissance sur pas mal de distance vu le rythme qui était assez élevé. C’est là que je vois que mes 5 semaines de moins bien/arrêt ont eu un impact non négligeable sur ma préparation. Malgré ce braquet inhabituel pour moi je me force à tenir les roues et prendre mes relais quand il y en a un à prendre (surtout pour boucher un trou). Je sens les jambes qui brûlent et soulage de temps en temps en enlevant du braquet. Coach lolo, qui m’observe depuis le début de la sortie, me dit que je suis tout le temps en dedans et que même si j’explose il faut que je fasse monter la fréquence cardiaque afin de gagner en puissance. Je suis au maximum ses conseils et cela rejoins un peu l’orientation que j’avais donné à mon entraînement quotidien.

Je suis assez content de ma sortie et je récupère plus vite que la semaine dernière où j’avais effectué une sortie longue et seul.

La sortie sur Strava

Un weekend de vélo

Download PDF

Carte1Ce weekend de pâques a été ensoleillé et m’a permis de “rattraper’ un peu mon retard kilométrique pour mon entraînement.

J’ai tout d’abord fait un aller-retour jusqu’au garage où j’ai fat réviser la voiture. Rien de bien folichon mais ce sont des kilomètres qui permettent de garder une activité physique pendant les périodes où on n’a moins de temps à consacrer à l’entraînement.

Samedi, j’ai réalisé un entraînement sur hometrainer ce qui m’a permis de garder ma fille à la maison. J’en ai profité pour faire un exercice de vélocité : 3 bloc de 10min sur un développement facile à emmener à une cadence supérieure à 100tpm avec 3 minutes de récupération entre chaque bloc.

Dimanche une grosse sortie en solo réalisée en fartlek. Quand je pouvais appuyer, je le faisais et quand ça n’allait pas, je ralentissais un peu. Le but de la sortie était de faire des bornes sans se prendre la tête tout en regardant le paysage.

J’en ai profité pour tester mes nouvelles roues. Je réserve mes commentaires au sujet de ces roues pour un autre article.

Ce dimanche je pars donc un peu avant 8h00 en direction de l’est où je vais rejoindre des lieux bien plus vallonnés qu’autour de la maison. J’en ai pour environ 1h00 avant d’arriver là où ça monte et descend. J’en profite pour bien me chauffer.

En passant par le pied du château, ça commence bien. Une belle petite côte et c’est parti pour un petit tour de montagnes russes à la sauce cycliste. Un peu après je suis “perdu” car je n’ai encore jamais emprunté seul ces routes (à part quelques morceaux par ci ou par là). Je me repose totalement sur mon parcours enregistré mais j’apprécie quand même le paysage. Lorsqu’il y a des panneaux de direction j’arrive à me situer grâce aux noms des villes aux alentours mais pas très précisément.

A mon habitude, j’essaie d’en garder un peu sous la pédale afin de ne pas être surpris en cas d’imprévu. Au bout de 70km, j’ai un coup de moins bien et la sortie devient difficile. Cela commence à aller mieux vers la fin (aux alentours des 90km). J’ai souvent ce passage à vide et j’ai réellement du mal à faire en sorte qu’il ait le moins d’effet possible. Pour arriver à ça il va falloir que j’augment un peu la durée de mes sorties en gardant l’intensité actuelle qui me semble déjà bien assez pour mon niveau de forme actuel.

Sur le chemin du retour j’aperçois un cycliste sur le trottoir accroupi sur sa roue. Je m’arrête pour lui demander si ça va et s’il a besoin d ‘aide. Nous arrivons finalement à faire fonctionner son dispositif de gonflage à base de cartouche d’air comprimé. Je le quitte en lui souhaitant un bon weekend de pâques et lui me remercie de m’être arrêté.

Finalement j’arrive à la maison après un peu plus de 4h15 de route et 111km avec un vent bien souvent de côté ou de 3/4 face. Une sortie difficile qui m’a fait passer l’après-midi sur le canapé pour récupérer.

Je vais observer la manière dont je récupère mais il va falloir que j’arrive à répéter ce genre de sortie tout les weekend du mois d’avril afin d’engendrer une grosse charge de travail et j’espère ainsi accroître mon endurance. Au fur et à mesure il va falloir que j’accroisse mon temps de selle et apparemment la météo semble enfin y mettre un peu du sien pour me faciliter l’entraînement Smile.