Archives par mot-clé : sécurité

Test des lunettes DEMETZ avec insert optique

Download PDF

Lunettes DEMETZEn fin d’année je suis passé chez l’ophtalmologue afin de contrôler ma vision. Comme je m’en doutais ma vue a évolué et je devais changer de correction optique. C’est alors que je me suis posé la question de savoir si les marques de lunettes sportives avaient adapté leur gamme aux coureurs qui ne voient pas bien Wink

J’ai consulté l’opticien à côté de la maison car il faisait la marque Oakley (marque bien connue des cyclistes et des skieurs). Après prise de renseignements, il s’avère que les lunettes Oakley avec verres correcteurs à ma vue me coûteraient un peu plus de 600€. C’est donc hors de ma bourse et je me tourne vers une autre marque que l’opticien me propose : DEMETZ.

J’opte pour le modèle UNILLE en blanc avec des inserts optiques.

Que comprend le pack ?

La lunette DEMETZ UNILLE comprend :

  • la monture
  • 3 verres teintés (1 verre photochromatique, 1 verre jaune, 1 verre transparent)
  • l’insert optique avec les verres correcteurs
  • 1 cordon
  • 1 boitier
  • 1 chiffon dans lequel les lunettes s’insèrent

 Le réception

L’opticien m’appelle pour me dire que les lunettes sont arrivées. Comme pour chaque client, il me montre comment changer les divers écrans/verres de la lunette. Nous nous apercevons que le verre jaune ne peut être inséré sur la monture.

L’opticien contacte DEMETZ par deux fois. La première fois DEMETZ admet des problèmes de fabrication mais ne peut donner les formalités de retour. Au deuxième appel, DEMETZ dément tout vice de fabrication et menace l’opticien de payer les frais de retour s’ils ne constatent pas de problème. Nous décidons de retourner quand même les lunettes. Finalement au bout d’un mois, DEMETZ renvoie les lunettes avec un nouvel écran/verre en admettant le problème. Donc pas de problème même si la réaction de DEMETZ n’a pas été très commerciale…

Description

Là c’est la partie subjective de la personne qui parle. Je trouve que le design est assez cool.

L’insert optique se voit très bien sur certaines photos.

Sensations

Ma première sensation lorsque j’ai mis les lunettes a été de me dire qu’on ne les sentait pas (au niveau du poids). Les lunettes DEMETZ UNILLE sont légères, très légères au point que j’ai pris énormément de précautions pour leur manipulation afin de ne pas les abîmer. Avec le temps je m’aperçois que malgré ce très faible poids, les lunettes sont très résistantes et en plus la monture est garantie 2 ans. Donc pas de crainte à avoir du côté des manipulations.

La première fois que je les ai mises sur le nez avec les inserts optiques, j’ai eu une désagréable impression. Les inserts optiques sont très visibles et j’ai même l’impression que cela gêne la visibilité (j’en ai eu la confirmation après sur la route). Cette impression se fait moins sentir après environ 10 minutes pour se faire oublier après la demi-heure de route (c’est peut-être le mal de jambe qui me l’a fait oublié ? Wink ).

Après quelques utilisations, l’insert ne s’avère pas trop génant sur le vélo mais l’utilisation des lunettes pour un autre sport peut s’avérer difficile. Je pense notamment aux sports de ballon ou de balles où l’insert limite le champ visuel et compliquera peut-être un peu les choses notamment au niveau réactivité et dans ce cas je ne suis pas certain qu’il se fasse oublier…

L’écran de protection solaire est de très bonne facture et protège les yeux de manière optimale. Aucun mal aux yeux après un après-midi passé à la page en plein soleil au bord de la mer (dans les Landes). Avec la réverbération qu’il peut y avoir sur une plage, je pense avoir testé ces lunettes dans des conditions assez difficiles pour pouvoir dire que la protection solaire est très bonne.

Je n’ai pas eu le loisir de tester l’écran de couleur jaune prévu pour le brouillard, ni l’écran blanc prévu pour la nuit ou la pluie.

En descente, l’écran protège bien les yeux même si quelques fois j’ai eu un peu d’air qui m’a fait pleurer. Peut-être un peu de vent dans le mauvais sens mais rien de très différent des autres lunettes du marché. La protection contre le vent est bonne (au moins égale à celle des lunettes EKOI que je porte souvent).

Conclusion

Les lunettes DEMETZ UNILLE sont de très bonnes lunettes qui protègent bien les yeux du soleil. L’écran solaire prévu à cet effet est très très efficace. Ayant eu l’occasion de tester des Oakley il y a quelques années pour le ski, je dois dire que les lunettes DEMETZ UNILLE n’offrent pas la même visibilité (j’avais vraiment aimé Oakley) mais elles offrent un rapport qualité/prix incomparable.

De plus, l’insert optique permettant de les adapter à la vue permet de se faire rembourser une partie des lunettes par la majorité des mutuelles (du moment que vous avez une ordonnance de l’ophtalmologiste). Il est incontestable qu’une paire de lunettes solaire à sa vue constitue un accessoire de sécurité indispensable sur la route.

Après avoir demandé à mon opticien le prix d’une paire de Oakley à ma vue (évoqué plus haut), j’ai opté pour les lunettes DEMETZ UNILLE (à ma vue) et j’en suis content. Si vous cherchez une paire de lunettes solaire à votre vue pour faire du sport, la marque DEMETZ se trouve en bonne place au niveau du rapport qualité/prix. La marque propose une large gamme de modèles ce qui permet de s’adapter au style de chacun.

Je tiens à préciser que je rédige cet article sans aucun a priori et en toute liberté (comme d’habitude) car j’ai complètement payé le matériel.

Merci messieurs les gendarmes

Download PDF

Ce mercredi 12 août 2015, je décide d’effectuer une sortie vélo pour reconnaître un parcours que je pourrais faire avec ma femme (et estimer le temps qu’on devrait mettre).

Au départ (8h30), il fait déjà chaud et la circulation sur la route de Draguignan est assez soutenue. Je pars de la maison de mes parents avec une certaine appréhension mais je pars quand même.

Dans les premiers kilomètres, j’ai besoin de modifier quelques réglages au niveau de la selle car depuis quelques jours j’ai mal au périnée et je trouve que ma selle est trop relevée au niveau du bec de selle. Grand bien m’en a pris car au moment où je suis en pleine réparation à l’écart sur le côté de la route, un camion benne passe très très rapidement et je ne peux m’empêcher de penser à ce qui se serait passé si j’avais été sur le côté de la route. Vu la vitesse, je doute qu’il ait pu ralentir assez…

Je continue en direction de Montauroux où les routes sont beaucoup moins fréquentées ce qui n’est pas pour me déplaire. A la sortie de Montauroux je manque la petite route qui monte dans la colline sous les bois qui permet d’éviter Callian. Ça m’occasionne quelques centaines de mètres supplémentaires mais ce n’est pas grave.

La descente dans les gorges de la Siagne est chaotique. Des pierres ont roulé sur la route (certainement après les orages qui se sont abattus

Descente sur la Siagne depuis Montauroux
Descente sur la Siagne depuis Montauroux

sur la route deux jours plus tôt). Durant cette descente j’ai presque eu froid. La différence de température entre les pentes ensoleillées et le fond des gorges (bien à l’ombre) est telle que la sensation de fraîcheur tourne au froid. Pour rouler en hiver dans ce coin il doit falloir choisir son jour car avec l’humidité et le froid, la glace doit être présente partout (je note ça dans

Montée sur Saint Cézaire sur Siagne
Montée sur Saint Cézaire sur Siagne

un coin pour m’en souvenir)…

Il y a quelques temps j’avais déjà fait emprunté cette route en sens inverse. Dans mon souvenir la pente était forte or là j’ai eu l’impression de monter tranquillement sans forcer plus que ça. L’impression de pouvoir accélérer à n’importe quel moment. Par contre une fois passé Saint-Cézaire-sur-Siagne je ne me souvenais pas de la pente de la route. J’en ai bavé !

Est-ce la pente ou le soleil qui donnait bien sur une route où il n’y avait pas d’abris ?

Je pense que les deux ont fait leur œuvre et j’arrive avec une bonne dose de fatigue à Saint-Vallier-de-Thiey. A l’entrée de Saint-Vallier-de-Thiey j’aperçois une femme en vélo de ville. Je me dis que je ne devrais pas mettre trop longtemps pour la rattraper. C’était sans compter son assistance électrique et je mets bien 2km à la rattraper en sortie du village. Je suis défait en passant à côté d’elle et en remarquant qu’elle n’a quasiment pas une goutte de sueur alors que moi je suis liquide…

Entre Saint-Vallier-de-Thiey et Cabris voici ce qui s’est passé :

Moi qui ai plutôt l’habitude de décrier la gendarmerie (notamment celle de Léognan), je remercie grandement ce gendarme qui a constaté l’infraction. A-t-il verbalisé, je ne sais ?

En plus de 6 ans de pratique du vélo, c’est la première fois que les forces de l’ordre essaient de faire respecter la loi concernant les distances de sécurité.

MERCI monsieur le gendarme !

Je rentre tranquillement à la maison des parents sous une chaleur écrasante. Je note que si je veux effectuer des sorties plus longues, il va falloir partir tôt, très tôt !

Le soleil les rend fous !

Download PDF

MoiCe samedi après-midi, je sors pour un entraînement plus court que prévu en raison d’un mal au nerf sciatique gauche. Je pense avoir trouvé la source de ce mal dans le sac à dos assez chargé ces derniers temps. Cela fait maintenant trois jours que je le charge moins et le mal tend à s’estomper mais reste encore présent.

Je pars donc pour une séance de pas trop vallonné avec dans la tête de ne pas mettre trop gros pour ne pas aggraver ma blessure. Ce sera donc petit plateau pendant toute la sortie !

Le parcours n’est pas tracé d’avance et se dessine en fonction de mes envies et surtout de l’ombre des arbres. Au moment du choix d’aller rive droite ou non, je n’arrive pas à résister et me dis que je ferai 2 petites montées puis je rentre…

A la sortie de Léognan (en direction de Martillac), deux voitures lancées à plus de 100km/h se suivent à environ 30cm l’une de l’autre. Je remarque que le conducteur de la deuxième voiture conduit de manière très nerveuse. Au moment à la deuxième voiture veut doubler, la première accélère. La deuxième parvient tout de même à doubler et place un grand coup de frein en pleine ligne droite (je suis à environ 200m de la scène). Je ne sais pas comment il n’y a pas eu d’accident mais quand je suis passé au niveau de l’endroit où ça s’est passé, il y avait encore de la fumée et des traces de pneu au sol. Ils sont carrément fous, idiots,… les qualificatifs me manquent pour ne pas tomber dans la grossièreté.

Bref, je continue ma route tranquillement. Ceux avec qui j’ai déjà roulé peuvent témoigner que je respecte au maximum le code de la route et que je suis loin d’être dangereux ou kamikaze. Et bien c’est encore à trois reprises que j’ai pu constater que le soleil n’est pas bon pour les conducteurs. Ils deviennent dangereux pour eux et pour les autres. Pourquoi le soleil allez-vous me dire ?

Et bien je n’observe pas de tels comportements lorsqu’il pleut ou qu’il fait maussade. Y aurait-il un lien de cause à effet ?

Personnellement j’en doute mais bon les abrutis ont l’air d’aimer le soleil !

Sinon, mon petit entraînement me mène à 77km en 3h02, ce qui me fait un peu plus de 25km/h tout en zone I1 et I2. J’ai donc atteins mon objectif de ne pas tirer sur le bonhomme, tout faire en souplesse tout en préservant une certaine distance. Sportivement que du bon lors de cet entraînement.

Je suis moins content du comportement des automobilistes et heureusement que les autres idiots ont fait leurs imbécillités “loin” de moi car je pense que si ça avait été à mon niveau mes filles n’auraient plus que leur mère et moi je ne serais plus sur cette terre…

Combien de cyclistes devront mourir ou être gravement blessés avant que les automobilistes comprennent ou ne soient punis ?

Ce qui me fait encore plus enrager c’est que le plus gros problème que j’ai rencontré a eu lieu sur la commune où ma femme a déjà eu maille à partir avec un automobiliste et surtout où la gendarmerie est très encline à sanctionner les non-respect des “stop” par les vélos mais ne sanctionne pas le non respect des distances de sécurité lorsqu’une voiture dépasse un vélo à moins d’un mètre (même sous leur nez). Alors oui je rage et malheureusement je ne peux rien faire…

Amis cyclistes, soyons forts et surtout prudents !

SAV Probikeshop, ça marche !

Download PDF
Lampe SIGMA KARMA EVO
Lampe SIGMA KARMA EVO

Hier le livreur de chronopost s’arrête devant la maison. Je sors et il me tend un colis. Je signe le récépissé et pose le colis sur la table de la maison.

Un peu après dans la journée je déballe et j’y trouve une lampe et une batterie neuve et je pense qu’il s’agit du chargeur que je leur avais retourné. Le tout est accompagné d’un support pour fixer la lampe au cintre (en sachant que sur leur conseil j’avais gardé celui que j’avais déjà).

Aujourd’hui je viens de tester si tout fonctionnait correctement. Et bien ça marche !

Cette expérience me confirme que le SAV Probikeshop est vraiment au top. En deux semaines après constatation du problème j’ai de nouveau un matériel qui fonctionne. Je suis réellement satisfait du service offert par Probikeshop.