Une bien belle balade

Download PDF

Selfy MazanCe samedi 9 juillet 2016, je me réveille tôt. Le but rallier Chateauneuf les Martigues à Visan mais en passant sur les routes d’un mythe du cyclisme, le mont Ventoux.

Étant donné le parcours prévu, je dois partir tôt pour limiter le temps passé sous la chaleur accablante de Provence. C’est donc environ à 3h00 du matin que je prends la route.

Pas un chat dans les rues, le calme est total. Peu de bruit de voiture et une température d’environ 20°C. Une chose est certaine, je n’aurai pas froid !

Je prends la direction de Martigues. Lors de ma traversée de Martigues, je croise deux jeunes en BMX qui doivent rentrer chez eux après avoir fait la fête avec les copains. Avec le peu de circulation, je prends la D5 pour rejoindre Istres. La traversée d’Istres se passe bien jusqu’à ce que je passe sur la route qui longe l’étang de berre. Là, plus aucune lumière. Malgré mon habitude de rouler la nuit, la lumière a complètement disparue. Les pins recouvrent la route et empêchent la lune de m’éclairer. J’enchaîne sur la forêt pour me diriger vers Grans. Là encore c’est noir !!!

J’arrive assez vite à Lançon de Provence. D’habitude, je passe uniquement au péage sur l’autoroute mais là je découvre une ville qui m’a l’air sympathique. J’enchaîne assez rapidement sur Pélissanne et à la sortie je prends un compagnon qui ne me quittera plus tout le long du voyage : le vent.

La montée sur Auron est superbe. Je passe à Alleins et à Mallemort, passe la Durance en direction de Mérindol mais bifurque assez vite direction Cavaillon. Les grandes lignes droites en direction de Cheval blanc et Robion sont usantes mais assez roulantes. A Robion je m’arrête prendre un petit café et quelques viennoiseries.

A Coustellet je croise le chemin d’un moulin à eau.

Coustellet - moulin

La montée sur Gordes n’est pas facile mais le paysage est réellement Gordesgrandiose. une fois que j’ai bifurqué sur la gauche direction Venasque, la route devient moins exigeante. Je me rends compte assez vite que je suis sur les routes du Tour de France. Ça monte, ça monte. Grâce à la préparation de l’itinéraire, je sais que je ne devrais pas tarder à passer un col. Et là c’est fait : le col des trois termes.

Col des trois termes

La montée n’est pas simple et usante. Sur le tour de France, je pense que ça a user un peu les organismes même si leur niveau est tel que ce col n’a pas les mêmes effets que sur moi…

Une fois ce col passé, direction Mazan avec un point de mire le mont Ventoux qui m’attire et me fait si peur…DCIM100GOPROMont Ventoux depuis Mazan

Je passe par des chemins au milieu des vignes et des champs pour arriver à Bédoin. Je rentre dans la civilisation et je dois dire que ça ne me manquait pas même si je profite de la ville pour aller chercher un sandwich et deux powerade. J’en bois une complète en mangeant Bédoinmon sandwich et je glisse la bouteille restante dans la poche du maillot. J’en profite pour laisser dans les poubelles les emballages des barres de céréales et ne pas faire comme tous ces « touristes » et lâcher mes emballages dans mon superbe terrain de jeu.

J’entame ma montée avec environ 130km et je me mets au train dès le pied de la montée. Avec ce kilométrage, je ne veux pas « péter » en plein milieu de la montée. Je n’ai rien à faire du temps de montée. ce qui m’importe c’est passer et me faire plaisir sur les pentes que j’aime tant.

Je m’arrête pour faire le plein des bidons au chalet Reynard. La fontaine ne fonctionnait pas, j’ai donc demandé au bar. Là on me fait remarquer qu’il y a des toilettes mais on me remplit quand même le bidon. Je n’aime pas l’accueil mais ça confirme ce qui s’est déjà passé il y a quelques temps…

Plusieurs cyclistes m’encouragent en me voyant lutter pour me hisser en haut. J’apprécie aussi les encouragements des gens qui sont déjà en place et attendent les coureurs du tour de France. J’ai droit aux camping-car décorés pour les coureurs professionnels. Un bonheur !

Mont Ventoux - Les drapeux

Avec le temps et quelques efforts j’arrive en haut avec un 150km au compteur. Je suis super content de ma performance et surtout plein de bonheur d’avoir retrouvé les mêmes sensations que lors de ma toute première montée du mont Ventoux. Heureux d’en avoir ch..r !

Sommet du Ventoux

Je prends un moment pour me couvrir d’un coupe-vent pour la descente car le vent du nord souffle et avec la vitesse il ne va pas faire chaud…

La descente par Malaucène est rapide et je m’arrête manger au Groseau. Un très bonne salade. Je conseille l’arrêt surtout qu’ils sont super sympa. Une fois sustenté, je continue ma route sous une chaleur accablante.

Je passe Vaison la Romaine, Buisson mais en arrivant à 5 km de Visan, ma roue arrière fait un drôle de bruit. Je m’arrête et constate qu’elle est complètement voilée. Dans un coin de la tête je soupçonne la casse d’un rayon mais tout est en place. Je téléphone à ma femme qui vient me chercher en voiture. Cette casse de rayon se confirme après un examen plus approfondi une fois de retour au bercail.

Dommage que cette belle journée de vélo s’arrête sur casse matérielle mais c’est comme ça…

Je me suis bien éclaté et surtout c’est une très belle préparation à ce que j’ai prévu pour l’été : un galérien pour ceux qui galèrent.

2 réflexions au sujet de « Une bien belle balade »

  1. bravo Laurent pour cette sortie mais tu n’as pas subi le vent violent qu’il y avait depuis quelques temps au Ventoux? Bon si tu as eu la chaleur, c’était déjà bien car en ce moment ce n’est pas terrible. On va du chaud au froid. Bon retour dans el monde civilisé et répare ton bike. A plus

    1. Non je suis passé le samedi d’avant. Un vent normal pour la région Wink
      J’ai changé les roues du vélo en attendant la réparation des Makadamm (j’ai mis les anciennes).
      Je fuis la civilisation, en proportion elle n’apporte que des ennuis Wink
      Pour le chaud/froid c’est partout pareil en ce moment.
      Bonne soirée JP.

Laisser un commentaire